Une humanité en quête d’humanité

Il y a les Italiens, les Français, surtout en France, les Allemands dans leur pays, l’Allemagne. Il y a les Portugais au Portugal, les Suisses en Confédération Helvétique, ils ne peuvent pas faire comme tout le monde. Il y a les Transylvaniens en Transylvanie, les Marocains au Maroc, les demeurés dans leur demeure, qu’ils y restent. Les Anglais vivent surtout en Grande Bretagne et aussi en Angleterre où il y a aussi des Irlandais, même s’ils ne l’ont pas fait exprès. Il y a des Autrichiens en Autriche, pas une seule autruche en Austro-Hongrie, où errent de malheureux hongres qui n’ont rien de hongrois. Il y a des Polonais en Pologne et des nouveaux-nés un peu partout, sauf en Chine où les Chinois (les habitants de ce pays) préfèrent avoir un chien plutôt qu’un deuxième enfant, ce qui amènera le régime, un jour ou l’autre, à rendre obligatoire un deuxième enfant, et pourquoi pas un deuxième enfant et demi. Il y a des régimes de bananes dans les républiques bananières où de gras personnages s’engraissent sur le dos de ceux qui ont un maigre revenu. Ces derniers trouvent éreintant de porter de lourds fardeaux prêts à leur tondre la laine s’ils deviennent des moutons. Des moutons, il y en a en Australie, qui n’est pas la patrie des Australopithèques, ça aurait pu, mais celle de drôles d’animaux dont les femelles n’ont pas les yeux dans leur poche parfois squattée, mais sur la tête. On pourrait s’attendre à ce qu’il y ait des nazis en Asie, mais on le sait aujourd’hui, il n’y a pas de nazis en Asie. Sauf peut-être un petit peu en Chine où on pratique volontiers l’euthanasie avec des opposants à qui on ne demande pas d’être volontaires pour en profiter. On cultive la chicorée en Corée du sud, la chicore à coups de chicotte en Corée du nord, les rouleaux de printemps au Vietnam, en toute saison, et les os au Cambodge.
Il y a les Américains en Amérique, les Canadiens dans des cabanes au Canada, des Argentins désargentés en Argentine, des Urugayens au Paraguay et des Paraguayens en Uruguay à cause des frontières mal dessinées. La Bolivie est peuplée de Boliviens, le Chili de Chiliens, le Pérou de Péruviens et de coca. Il y a des Basques au pays basque, que l’on reconnaît au bruit que font les castagnettes quand ils dansent le fandango pour échapper aux tirs des Stuka.
Il y a les Inuits difficiles à voir en hiver à cause des nuits sans fin, et des Esquimaux qui fondent les uns après les autres à cause de leurs congélateurs en panne.
Il y a des princes, il  y a des pauvres sans lesquels il n’y aurait pas de riches. Il y a des andouilles chez les charcutiers de Vire et d’ailleurs, mais il n’y en a pas que là. Il y a des boulangers qui boulangent, et en concurrence avec les chirurgiens iI y a des charcutiers qui charcutent. Il y a des bouchers, dont ceux à l’arène, des as de l’acupuncture qui suppriment définitivement les douleurs insupportables qu’ils infligent aux taureaux. Il y a des ânes dans le Poitou et tout autant ailleurs, des ânes sans culotte qui ont tout oublié de l’esprit révolutionnaire et se torchent avec la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.
Il y a des hommes libres d’enfermer les empêcheurs de ronronner en rond, et des hommes en prison libres de rêver qu’ils n’y sont pas. Il y a de bons samaritains et de sacrés salopards, des inconscients qui ne savent pas ce qu’ils font, mais le font, d’autres pleinement conscients de ce qu’ils font de mal, et le font avec délectation, il y a de tout.
Partout il y a des hommes et des femmes, des enfants et des fleurs, des sourires et des pleurs, des agissements criminels et des actes autant stupides qu’indignes. Il y a du bon, il y a du mauvais, il y a tous les entre-deux.
Il y a une humanité en quête d’humanité.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans humanité, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s