Archives par mot-clef : vie

Echecs et réussite

Il n’est pas donné à tout le monde d’échouer systématiquement tout ce qu’on entreprend, mais y parvenir est quand même une sacrée réussite. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publicités
Publié dans métaphore, vivre et mourir | Tagué , , , , , , , , , | 1 commentaire

Suicide accidentel

Ils voulaient se suicider ; j’ai voulu les assister ; j’en suis mort. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans citoyenneté, humour, les autres, métaphore, nouvelles, contes, savoir-vivre | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Encore une naissance. De trop ?

Se rendre compte qu’on est mort, et que c’est vrai, pour preuve les larmes qui nous dégoulinent dessus en même temps que la bave de quelques envieux –généralement des vieillards acerbes qui aimeraient être à notre place, mais ne le méritent pas– , ça n’est déjà pas de la tarte, mais c’est deux fois rien, ce qui ne fait pas grand chose, par rapport à se rendre compte qu’on vit, et ce, pour la bonne raison qu’on vient de naître. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans allégorie, écrits libres, folie, identité, littérature, logorrhée, philosophie | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Une preuve que tout ne va pas si mal que “ça”

En ouvrant un oeil ce matin avant de me réveiller, j’ai pris conscience que si j’étais encore en vie c’est que la fin du monde n’avait pas encore eu lieu ; que si la fin du monde n’avait pas encore eu lieu, c’est que tout n’allait pas si mal que “ça” et que les énergies négatives n’avaient pas encore eu le dernier mot. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans philosophie, vivre et mourir | Tagué , , , , , , | 2 commentaires

Anniversaire, tabac, alcool et espérance de vie

Soixante six ans, que j’ai. C’est dingue. Et qu’on ne me dise pas qu’on ne voit pas passer le temps. Un peu, que je l’ai vu passer, et pas toujours à l’allure où j’aurais eu envie qu’il le fasse. 66, c’est la moitié de 132, qu’il s’agisse d’années de vie, des mensurations de je ne sais quelles parties du corps, ou d’un morceau du numéro matricule de la bébête qui monte, celle immonde de l’Apocalypse…
Il me reste encore 66 ans à vivre si j’arrive jusqu’à 132. Dit autrement, j’aurais vécu encore 66 ans lorsque je m’éteindrai, si je m’éteins en 2077, à 132 ans. Ce qui revient à dire que je n’en suis qu’à la moitié de ma vie. C’est dingue ! Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans humour, les autres, moeurs, nouvelles, contes, savoir-vivre | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Lettre aux promeneurs égarés

Option numéro 2 : vous pouvez tout simplement admettre que la vie n’est pour vous qu’avanies, injustices, malchance, malheurs, consternation, défaites et tristesse insondable sans borne. Allez-y d’une larmichette en espérant que, émue aux larmes citoyens et pleine de compassion, votre souris viendra vous consoler. L’espoir ne fait-il pas vivre ? Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans délires, fantaisie, fantastique, grosse déconnante, littérature, Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Fête des morts, fête des vivants

Vous qui vivez, tandis que nous sommes morts, occupez-vous de vos fesses et laissez-nous nous occuper des nôtres. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans impiété, religions, idéologies, société | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Fête des mères

Tu t’enfantes ça fait mal mais pas plus que de ne le point faire. Sauf que c’est du concentré.
Puis tu t’éveilles, à toi. Le plus beau jour de ta vie, c’est celui où tu te mets à naître au monde, doucement.

Le chant d’une fleur des champs t’appelle à la cueillir. Cadeau. Cadeau de l’enfant que tu es à la mère que tu es.

Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans allégorie, écrits libres, famille, parents, enfants, impiété, société | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Sur la route du Blennoragistan

…Je suis tombé nez à nez avec des animaux fabuleux, mais si affabulateurs qu’ils ne ressemblent qu’en partie à ce qu’ils prétendent être.
J’ai trouvé des trésors d’imagination, volé des rêves à des poètes qui auraient mieux fait de garder un œil sur eux plutôt que de rêvasser, me suis sucré au passage en vendant du café à des Turcs. J’ai lu dans le marc de café et, n’y voyant que du feu, ai jeté ma tasse dans la première flaque venue.
…On m’a chassé, on m’a poursuivi, on a rameuté les chiens pour me pourchasser. Lorsque les premiers taïauts sont parvenus à mes oreilles je me suis caché dans les taillis pour éviter l’hallali.
…Je me suis battu avec un crocolion, heureusement repu. Je ne l’aurais jamais mangé, sa viande ayant vraiment un sale goût proche de celui de nombreux peintres du dimanche qui feraient mieux de casser leur croûte plutôt que de donner à voir leur version du monde.
…La seule fois où j’ai rencontré quelqu’un d’heureux au Kigristan j’ai d’abord cru que c’était un clown. Après j’ai pensé que c’était un acteur qui jouait le rôle de quelqu’un d’heureux. En fait c’était le Président, ce que j’ai appris lorsque je me suis retrouvé derrière les barreaux…
…Il est des pays où on marche sur la tête, comme par chez nous, mais il en est d’autres, tel le Kigristan, où on marcherait sur les têtes qui joncheraient les rues si chacun ne l’avait pas perdue depuis longtemps en même temps qu’il a perdu tout espoir.
…Au Hachpé, les fous et les idiots courent les rues en toute liberté même si les moins atteints préfèrent marcher… Pour être tranquilles ils ont stocké sous bonne garde (…) les personnes saines et intelligentes.
…ne pouvant supporter davantage le guignol qui se pavanait à l’écran, ce tsar de l’humilité décréta l’état d’urgence, celui de guerre plus celui de cessation de paiements avant de mettre fin à ses jours comme je mis fin au mien.
…En repartant, j’ai fait un crochet par le Chtavépourtanprévnu. J’aurais vraiment dû éviter.
En parlerai-je? Je ne sais, tant les souvenirs cruels m’assaillent et me serrent la gorge plus que ne le ferait un 80 b à une plantureuse créature qui, à vue d’oeil, fait au moins un 95 d. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans allégorie, fantaisie, fantastique, voyages, carnets de voyages | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 commentaires