Elections et théâtre de Guignol

Ils sont passés une première fois en avril . Le 23, ce me semble. Ils y avaient annoncé tout plein de jours avant. Alors on y était allé avec des potes et la marmaille. Faut dire que Guignol, ça serait quasi péché de pas y aller. « Guignol, Guignol, Guignol ! » avaient gueulé les gosses à tue-tête. Ne pas y aller, ça aurait ressemblé à quoi ?
On sait que c’est rien que de la rigolade, mais c’est pas grave, on y croit, et si on n’y croit pas, on fait semblant.
Alors oui, on y est allé. Sauf que, contrairement aux autres fois, on y a entravé que dalle.
« La mère, » j’ai dit à l’épouse, à cause que c’est comme ça que je l’appelle, « c’est qu’on était mal placés ». « Les places à l’avant, c’est pour les nantis qu’on n’est pas » je lui ai expliqué, pour rien parce qu’elle y sait autant que j’y sais.
Alors on y est retourné le 7 mai, que j’avais congé le lendemain, un lundi. Je sais point ce que la mère Michel était venue y faire, mais elle y était. Que le Gnafgron il te lui as foutu une de ces torgnoles qu’à mon avis, c’était pas du cinéma. Sinon, on n’y avait pas plus compris que la fois d’avant.
J’ai raconté n’importe quoi aux p’tiots pour qu’ils nous fichent la paix. Que le chat de la mère Michel, Guignol l’avait trouvé en train de roupiller dans sa gorge, à cause que la Madelon avait oublié de lui donner son lait et que, etc., etc. et que si ils s’endormaient pas la mère Cottivet viendrait les bercer et leur faire des gros câlins.  Si vous la connaissiez, sûr que vous comprendriez.
Ceux du théâtre de Guignol, faut croire qu’ils avaient compris l’affaire. Honnêtes ou escrocs, ils étaient revenus une première fois le 11 juin, une deuxième le 18 du même, et tant mieux. Pour eux, je veux dire. C’avait été pire, question comprenaille, qu’avec la mère on s’était dit qu’on devait être plus cons que la moyenne quand ça avait applaudi à tout rompre.
« La mère, » j’ai dit à l’épouse, « j’ai comme l’impression qu’on s’est encore fait baiser ».
« Pour sûr, » qu’elle m’a répondu « mais c’est qu’un début ».

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, élections, politique, économie, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s