Commémoration du 11 novembre 2011

Le 11 novembre, je sais pas pourquoi, mais j’y aime bien. Tous les 11 novembre j’y aime bien, enfin j’y ai bien aimé, tous ceux d’avant. Surtout çui de 18, c’était drôlement bat, comme on disait. Pis le 11 novembre de 18, ça fait 29 si on y additionne, et 29 j’aime bien, parce que ça fait 11. Voui monsieur, ça fait 11 si tu ajoutes 2 à 9 ou même le contraire. 
Les 11 novembre, j’y aime bien aussi parce que le jour du 11, ça fait 11 tout comme novembre qui fait 11 aussi. Et 11 et 11, ça fait 22, si je ne m’abuse.
22, v’là les flics ! qu’on gueule chaque 11 novembre, à cause qu’on fait les cons avec le Gégé et le Bébert. On se met la tenue qu’on a toujours gardée, les bandes molletières, les godillots avec des chaussettes pure laine à cause qu’il fait pas tant chaud, le béret et les médailles qu’on a chouravées au Gus, le jour de ses obsèques. Le con ! 22 médailles qu’il avait. J’ai jamais su vraiment où c’qu’il les avait dégotées, mais sûr, plutôt au plumard qu’au feu. M’enfin, c’est pas vraiment à lui en chair et en os qu’on les avait tirées, tu comprends… Comme Gégé il a plus de pétoire, à cause qu’il l’avait vendue au bistrot, c’est lui qui fait le porte drapeau. Un drapeau hollandais qu’on y voit que du feu en le portant de travers. Bébert et moi, c’est le Lebel, baïonnette au canon. 
Le bistrot fermé le 11 novembre ? Tu plaisantes ! Pour preuve, la halte qu’on y fait sur le chemin qui mène au monument aux morts. Tiens, v’là les vieux cons qui rappliquent, qu’ils disent, Vont encore faire du bouzin. Rosalie, si tu m’aimais, qu’on chante en se pointant au monument aux morts.
Taratata fait Gégé dans le clairon. La gueule du maire… Mais c’est rien comparé à celle qu’il fait quand on fait péter les Lebel. D’où les flics qu’il fait appeler.
Le 11 novembre, on y raterait pour rien. Et çui de cette année, c’est pire. J’t’explique : 11 = 11, plus novembre qui fait 11 et 2011 qui finit par 11, si je ne m’abuse. 33 que ça fait. C’est comme j’le dis et comme le toubib i nous demande qu’on le dise. Alors ce 11 novembre, on y a dit. En joignant le geste à la parole. C’est pas que la bière 33 on y tienne, c’est le Kiravi du rouquin, mais ça fait bigrement l’affaire, à condition de pas mégoter.
Alors on a pas mégoté et on a sifflé ce qu’il fallait, parce que faut c’qu’i faut, hein ! C’qu’ils ont pas aimé, c’est quand le Bébert il est allé au refil au moment que la clique jouait la Marseillaise. C’est scandaleux y’en a qui ont dit, à cause que c’était sur le drapeau qu’il est allé au refil. Un vrai crime de lèse majesté ! Tu parles, un drapeau hollandais. On est pas cons à ce point, surtout Bébert.
Bref, les flics nous ont embarqués. Question de jambes. 
Comptez pas qu’on dépose des chrysanthèmes sur vos tombes, vieux saligauds, il y en a qui ont gueulé. Les p’tits cons ! Ils étaient où, eux, en 14 ?

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, citoyenneté, société, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s