Grenoble : la police sous haute protection

Aïe nom ti dieu, je m’ai encore fait mal en tombant des nues, que je sais plus combien ça fait de fois. Va falloir que je cesse d’aller rêver là-haut si je veux arrêter de m’faire mal au cul pace que qui c’est qui va s’occuper des choux, hein ? Le fayot, ça va, la tomate aussi, le pois je dis pas, mais les sales bestiaux du chou, c’est pas avec un escabeau qu’on y bouzille, ça non. Une vraie plaie des gypses, le charençon, que je sais même pas pourquoi on y dit.
Ce matin, je devisais dans le sac à viande. La bidoche, si tu veux pas qu’elle tourne, faut pas y secouer. Alors c’est le poste qui me réveille, tout doux. Ce putain de réveil avec sa poule à la con qui picore que déjà ça me désensommeille, je te l’ai remisé à la grange. J’en pouvais plus. Je m’ai acheté la radio. Je veux une T.S.F. que j’ai dit au marchand. C’est quoi? qu’il m’a dit. Je sais pas d’où c’est qu’il sort çui-là.
9 heures moins 5. C’est l’heure qu’il m’a réglé le poste pour le réveil. Vous y mettez à pas tout à fait 9 heures, que je lui ai dit. Après les réclames, c’est le temps qui va faire pour la journée et les autres d’après. C’est pas malin pace qu’on est aujourd’hui, pas demain. Les cons !
9 heures. Au troisième top ils y disent plus. C’est tout de suite les informations, vite fait qu’on y comprend pas grand chose à cause qu’ils causent à plusieurs dans le poste, mais avec les titres, comme ils disent, on en sait bien assez et bien assez trop.
Et là, ce matin, je suis encore tombé sur le cul. D’encore plus haut que les autres fois où ça se plaignait comme quoi y avait encore eu un soldat tué, je sais plus où, par là-bas, et que ça en faisait tout un plat, et que bla bla bla. Je dis pas que les p’tits gars ils font le soldat pour se faire ratiboiser, mais si ils y voulaient pas, c’est pas le travail aux champs qui manque.
«La police de Grenoble sous haute protection» qu’ils ont dit. J’ai mal entendu, que j’ai pensé en devisant, ou alors le gars il s’est gouré. C’est surveillance qu’il a dû dire, et comme je devisais, j’ai mal compris. Et ça, qu’il y en a qui ont encore fait une boulette ou qu’ils sont trempés dans je sais pas quelle affaire, ça m’étonne pas plus que pas tant, pace que faut les voir… Ou alors une combine ?
«Grenoble. Après les incidents à la Villeneuve et suite à des menaces de mort sur des policiers, la police placée sous haute protection…» et bla bla bla.
Ben nous v’là beaux, que je m’ai dit. Si faut que la police soit protégée, c’est pas elle qui va s’occuper de çui qu’a bouzillé ma clôture l’autre jour. Lui, si j’le tiens, je vais te lui en faire bouffer du charençon. Qu’il y aurait même un contrat sur un policier. Un contrat de quoi, j’en sais rien, ils y ont pas dit. De toutes façons, les assureurs, c’est engeance et compagnie.
Après y a un truc qui m’est venu, comme ça, sans que je devise ou quoi d’autre, que cette histoire de police sous haute protection, c’est comme si qu’on mettait un truc dans le sel pour le conserver.

9 heures et le quart.
Le temps d’avaler la soupe, me v’là rendu au jardin. Deux bols que je prends. Je fais chabrot qu’au deuxième, avec du pain. Ça tient bien en cave, ça tient bien au corps. Je la fais aux choux et d’avance pour la semaine, mais si ça continue avec ces saloperies de charençons… Ah oui,  j’y mets aussi une queue de cochon.

La police sous haute protection ! Ah nom ti dieu, on aura tout vu.
Maintenant et si jamais ça serait quand même bien de protéger les policiers, j’ai l’idée que si on les cacherait dans une prison bien gardée ils seraient à l’abri. Non ? Ou là où y a comme des espèces de curés, mais des qu’on pas d’église, un moineaustère, comme i disent, je crois bien. Même si à la messe j’y vais pas.


Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, humour, lois, justice, rumeurs, société, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Grenoble : la police sous haute protection

  1. Phare & Night dit :

    Moi j’aimerais bien vous y voir si vous étiez dans la police et qu’on vous tire dessus. Quant à ce que vous dites sur les militaires qui se font tuer, vous pourriez penser à la douleur des familles. Sinon, c’est un peu vrai ce que vous dites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s