Serf, cerf, lapin, chasseur et leçon de grammaire

Dans sa maison un grand serf, naïf et couillon comme pas un, portait de si belles cornes que tout le monde le prenait pour un cerf, ce qu’il avait fini par reconnaître comme étant la réalité : Je suis un cerf, bramait-il à longueur de jour, réait-il à longueur de nuit et rallait-il, hélas sans succès, en long, en large et en travers.

Un jour où il regardait par la fenêtre, il vit un lapin venir à lui. C’était Jacquou, un lapin de la Garenne-Colombes, mignon comme tout avec sa petite queue de lapin, ses petites pattes de lapin et son petit trou du cul de lapin. À croquer. Dans le coin, on le connaissait sous son sobriquet « le Croquant » à cause de la carotte qu’il avait toujours là où on les met d’ordinaire, et qu’il croquait à loisir. Certains prétendaient que son sobriquet venait du fait qu’il était craquant à souhait, et que de craquant, on était passé à croquant, ce qui n’est pas stupide, mais peu importe. Les mêmes, sans doute de très mauvaises langues, prétextant que Jacquou était inverti, affirmaient l’avoir vu se mettre ses carottes non pas là où on les met d’ordinaire, mais ailleurs, et en aucune façon là où les mettent les marchands de tabac. Mais peu importe, laissons dire les mauvaises langues, car ne faut-il pas de tout pour faire un monde ?


Cerf, cerf, ouvre-moi ou le chasseur me tuera, cria Jacquou de sa petite voix de lapin apeuré. Un peu bécassou, le serf, croyant avoir entendu un avec accent, donc adverbe de lieu, et refusant d’être complice d’un crime de sang, préféra garder porte close.
Le lapin se prit la porte en pleine poire carotte, le chasseur le tua d’un seul coup, d’un seul, avant de tourner les talons, non sans avoir glissé le petit lapin un peu moins joli que l’instant d’avant dans sa gibecière. Il n’aimait pas le lapin de la Garenne-Colombes, qu’il ne trouvait pas assez fort en goût, mais tant pis. Non, ce qu’il aimait par dessus tout, c’était un bon gros rôt ou cuissot de chevreuil, ou mieux, un cuisseau de cerf.
Dépité, ayant compris, hélas trop tard, sa bévue (car le ou de feu Jacquou était une conjonction de coordination, aucunement un adverbe ou un pronom relatif) le serf regretta d’avoir été un très mauvais élève à l’école, qui n’apprenait pas ses leçons. Ce soir, il se passerait du joli petit lapin avec lequel il s’était promis de passer une bonne soirée.
Marri comme on peut l’être lorsqu’on porte de belles et grandes cornes, il se mit à réer, bramer, raller en râlant tant et plus. Ce que ne manqua pas d’ouïr le chasseur.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans animaux, littérature, métaphore, nouvelles, contes, vivre et mourir, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s