Les débuts de l’humanité

Pris la coursive de la mémoire, travée souvenirs. Tourné à droite, à gauche, une autre fois à droite, etc. Cru m’être perdu, de quoi rire.
La porte, j’ai quand même mis un petit moment pour la retrouver, et plus encore pour l’ouvrir. La rouille. Si j’avais la bonne clé ? Vous vous fichez de moi ou quoi ? De toute façon, mon second était là, avec son passe-partout.
Ils étaient derrière, à poireauter, tous-deux.
« Doux Jésus » j’ai entendu dire la femme, comprenant qu’elle était à deux doigts de craquer. « Tu étais là le premier, c’est à toi de lui demander », je l’ai entendue dire à son cul-terreux de bonhomme.
Lequel m’a demandé l’autorisation de sauter sur sa bonne femme. Histoire de l’honorer, a rajouté ce grand benêt. Tu parles ! Ok, je lui ai dit, sachant que, si je refusais qu’ils copulent, l’humanité ne pourrait jamais exister, quelle affaire !
Vint Caïn (ils ne surent pas bien comment), puis Abel (ils commencèrent à avoir une vague idée du comment de la chose), puis Seth (le mal nommé, n’étant que le troisième), suivi d’une ribambelle d’autres rejetons et rejetonnes, jusqu’à la venue de Troye, le septième gosse, une fille.
C’est pas le tout, je leur ai dit, estimant que je ne pouvais me satisfaire d’une humanité balbutiante. Au boulot ! je leur ai intimé en menant Seth à la couche de sa mère et Troye au hamac de son géniteur, comme on mène la vache au taureau, ce qu’on a trouvé de mieux pour faire des veaux.
« Seigneur Dieu, et le pêché d’inceste ? » m’ont dit, rougissant et la coulpe pleine, les deux nigauds. M’a fallu les rassurer, leur dire, faux derche, qu’il leur serait pardonné, et qu’en attendant, leur contribution à l’humanité leur vaudrait sûrement une décoration, une statue, et pourquoi pas leur portrait gravé sur les monnaies qu’il faudrait frapper un jour pour que les bons comptes fassent les bons amis, autrement dit pour payer et faire payer. L’inceste, même mes archanges les plus coincés s’en battent l’aile…

Quitté leur deux pièces cuisine, j’ai remonté la travée XIII, direction le taudis où s’est installé Caïn, quel couillon ! que je me suis toujours demandé ce qu’il avait tant à expier, comme si une colère, après tout justifiée, était un crime.
« Seigneur Dieu, Vous ? » Et qui voulait-il que ce soit ? « Tu en es où ? » je lui ai demandé de façon concise.
— C’est pas le pied. Solitude, ennui ou je ne sais, j’hallucine. Un satané putain d’œil, immense, qui me fixe en permanence, je vous dis pas l’intimité…
— Mouais… Tu devrais peut-être voir un psy. Et sinon ?

Je l’ai écouté deux minutes avant de le planter là pour le laisser tranquillement à ses jérémiades.
Repris la travée XIII en sens inverse. Y ai croisé un drôle de zigoto, pieds fourchus, torche à la main, qui semblait chercher son chemin. Tourné à gauche, à droite, encore une fois à gauche. Me suis retrouvé travée souvenirs que j’ai remontée jusqu’à la coursive de la mémoire. Laissé le cloaque derrière moi, j’ai avalé goulument une grande bouffée d’air.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans famille, parents, enfants, identité, impiété, nouvelles, contes, religions, idéologies, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s