Publicités et sondages à la télévision

Pubs
La télé, j’adore. D’abord pour les pubs, tellement rigolotes qu’elles m’obligent à changer mon slip kangourou tous les jours que Dieu fait, sauf le septième, consacré au repos. Ça me coûte la peau des fesses en lessive, mais on n’a rien sans rien, et qu’est-ce que je ne ferais pas pour une bosse de rire. De plus en plus drôles, les pubs. Entre celles sur les bagnoles, sans queue ni tête, qu’on dirait un film monté à l’envers ; celles où on te montre que le seul moyen d’obtenir l’objet de ton désir est d’éliminer purement et simplement quiconque le convoite aussi ; celles où on te promet –preuves scientifiques à l’appui– d’effacer tes rides ou de perdre 87,95% de ta surcharge pondérale que t’a gentiment collée la pub précédente ; celles des assurances, banques, produits high-tech à obsolescense programmée, etc., et j’en passe.  Elles prônent la gourmandise, la méchanceté, la jalousie, l’envie ; elles ringardisent (Quoi ? Vous n’avez pas vu, pas lu, pas entendu ce que vous devez avoir vu, lu, entendu ?), stigmatisent les sans le sou, nivellent (par le bas… de laine), et prennent carrément le téléspectateur pour un débile quand elle “fait la réclame” de ce qui ne sera un jour qu’un tas de ferraille pour… accrochez-vous, seulement 28000 €, une misère. J’allais oublier celles qui se substituent à la médecine à grands renforts de slogans-matraques imbéciles où il est question de fruits, de légumes ou de produits laitiers sans lesquels, c’est bien connu, les Samoyèdes, Nénetses, Saamis, Inuits, Évenks, peuples des hautes montagnes ou des déserts arides n’auraient jamais existé, pas plus que les Ardéchois des plateaux.
Ceci dit, j’avoue que, culturellement parlant, les dites pubs collent aux programmes mieux qu’une nuée de morpions ne se cramponne aux parties intimes, et que, anatomiquement parlant, elles provoquent tout autant de démangeaisons que les adorables petites bêtes. Morpions de la télé, les pubs sont des parasites dont on n’est pas prêt de se débarrasser –faut bien vendre–, diantre !

Sondages
Les pubs, plus elles sont tartignoles, plus elles abêtissent. Et plus elles abêtissent, plus elles permettent à des super créatifs sortis tout droit de la cuisse du dieu Com de commettre d’autres foutaises. Ça passera, se disent-ils, et ça fera de l’audience. Il en est ainsi des sondages, mode à laquelle je ne peux que souscrire, certes gagné par cette même flemme intellectuelle qui touche nombre de producteurs et animateurs, mais c’est ainsi. Néophyte en la matière, il m’a fallu plancher de longues heures pour réaliser ce premier sondage que je soumets à votre capacité à répondre à des items dont l’intérêt vous semblera tout aussi peu évident que celui que vous verse votre banque.
C’est parti.

1. En général, êtes-vous plutôt pour ou plutôt contre ? (cochez une des deux cases inutiles)
□  Pour
□  Contre

2. Pour quelle raison l’êtes-vous (pour ou contre) ? (cochez la case correspondant à votre réponse)
□  Celle du plus fort est toujours la meilleure
□  Mon nom étant imprononçable, je ne me prononce pas
□  Par principe

3. Seriez-vous prêt(e) à croire en Dieu s’il vous apparaissait ?
□  Oui, s’il se présente
□  Oui, s’il me donne la foi
□  Et pis quoi ?
□  Certainement pas
□  Vous pouvez répéter la question ?

4. En quoi la publicité à la télévision vous semble-t-elle utile ?
□  Sans elle, il n’y aurait pas de musique classique
□  Ça donne le temps de faire un viron cuisine, d’ouvrir une bière et de faire un casse-dalle
□  Une pub, une bière, une autre pub, direction pipi room, une autre bière, etc.

5. En général, que pensez-vous des sondages ?
□  J’ai jamais été qu’un simple soldat, alors je suis pas con cerné
□  Ça dépend ce qu’on gagne à y répondre
□  C’est drôlement dur d’y répondre, mais c’est rigolo
□  C’est un passe-temps comme un autre
□  Intéressant, mais ça ne reflète que ce que pense le sondé

Et voilà !
Une précision : répondre à ce sondage ne vous permettra ni d’obtenir des timbres cadeau pour votre supermarché, ni d’être cité(e) dans nos publications, ni même d’être remercié, à moins de nous adresser une enveloppe affranchie au tarif en vigueur.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans art et culture, communication, humour, médias, télévision, médias, télévision, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s