Vacances en Syrie

Voilà, j’hésite. J’avais envisagé de passer les fêtes de Noël par là-baas, mais j’ai appris que, d’une part le père Noël, trop occupé en Iran, n’y serait pas et que, d’autre part, les marchés de Noël n’y existent pas encore, le concept strasbourgeois n’ayant pas encore franchi la Méditerranée. Moi qui voulais y faire une razzia de productions artisanales, dont on m’a tant vanté la qualité, notamment celle des armes, c’est râpé. Noël en Syrie, on verra plus tard.
J’avais pensé m’y rendre en mars pour la Fête de la Révolution ou en avril pour la Fête Nationale, mais avec le printemps pourri qu’on a eu, j’ai pensé que c’était risqué à cause des dépressions saisonnières qui font faire des choses idiotes aux gens, comme péter les plombs en posant des bombes dans les avions, ou pire.
Au mois de mai, ça peut commencer à faire chaud, et j’ai appris que ça avait particulièrement chauffé cette année,  le 6, jour de la Fête des Martyrs. Un joli succès, même que ça aurait martyrisé de tous bords. Au moment d’embarquer pour m’y envoler, je m’étais fait embarquer par deux flics qui m’avaient conduit au poste, sous prétexte que je portais un jean à taille basse. Ces cons m’avaient coupé les tifs à ras la calotte, heureusement, sans oser toucher à ma barbe d’à l’aise vingt bons centimètres, que pour un imam, c’est mieux, comme on me l’a enseigné. La Tunisie, j’y comprends plus rien, et je n’ai pas été mécontent quand le zinc s’était dépétré de la piste d’envol pour faire cap sur le Mali.
 Pour l’été, entre l’Égypte, la Libye, plus la France pour le bal du 14 juillet, je suis pris.
 Le 1e septembre, c’est la Fête de l’Amour, à Lattaquié, à ne rater sous aucun prétexte. Mais petit problème : la veille, je serai en Afghanistan pour la fête des Pachtouns. Te fais pas de bile, tu auras un avion, ON m’a assuré. Où il se posera en Syrie ? j’ai demandé. T’occupe, tu seras à temps à Lattaquié pour la fiesta. Et avec tes bagages, tous tes bagages.
Pourtant, quelque chose s’est mis à me trotter dans la tête. Et si des connards détournaient l’avion ou le faisaient sauter en vol ? Je LEUR en ai parlé, à demi-mots. Jamais on a vu deux actions terroristes de deux factions différentes avoir lieu en même temps sur le même vol, ils m’ont répondu. Statistiquement, c’est impossible. Le coucou, on va se le détourner gentil, et basta !
Septembre à Lattaquié, pour peu que le soleil ne fasse pas d’excès de zèle, c’est la meilleure saison. D’accord, le merdier qui se passe en Syrie va peut-être refroidir les visiteurs, mais je ferai avec. Hésitation cependant : maillot de bain classique ou boxer ? Et dans ce dernier cas, large ou moulant ? Aux couleurs du pays ou pas ?

Après, si tout s’est passé sans heurts –façon de parler–, peut-être resterai-je sur place. Et d’ici décembre, va savoir si les marchés de Noël n’auront pas gagné la Syrie.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans fêtes, humour, Syrie, voyages, carnets de voyages, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s