Triste nouvelle : divorce chez le père Noël

triste_nouvelle_divorce_chez_le_pere_Noel

— Germaiiiiiine ! C’est quoi qu’ils sont en train de dire dans le poste, c’t’histoire de père Noël ?
— J’en sais point rien et si tu t’taisais, j’en saurais plus. Le père Noël,  sa bonne femme l’aurait quitté. 
— Elle l’aurait quitté ou elle l’a quitté ?
— Elle l’aurait. De toute façon c’est du pareil au même, de nos jours. À la téessèfe, l’aut’jour, ils disaient que le mort qu’on avait trouvé, c’est son meurtrier qui l’aurait assassiné. Selon toute vraisemblance, qu’ils  avaient rajouté. Tu m’étonnes, le gars il était plein de sang et il avait son couteau à la main… M’enfin, ça fait tout drôle un divorce pareil, depuis le temps, parce que ça faisait belle lurette qu’ils étaient mariés, ces deux-là.
— Ils ont dit comment qu’il allait, le vieux ? Et les rennes, le traîneau, tout ça, qui c’est qui les garde ?
— Communauté réduite aux acquêts, c’est comme ça par chez eux. Ce vieux cochon, l’était bien temps qu’elle le quitte, sa nigaude de femme, une petite blondinette ben gentille que moi, à sa place, y’a longtemps que je l’aurais plaqué, le barbu. Noël, les cadeaux à distribuer aux petits enfants… il la prenait vraiment pour une pomme. Je te parle même pas du cinéma qu’il lui faisait avec les cheminées : harassant, qu’il se plaignait – j’en ai plein le dos et plus bas – satanée hotte. Tu parles ! Jamais la moindre trace de suie sur son manteau ou son bonnet, rien, et l’autre andouille qui n’y voyait que du feu…
— Mouais, mais les cheminées, sûr qu’il s’en est enfilées, et plus d’une.
— Qu’est-ce que tu me racontes là ?
— Rien, rien, ma Germaine… Ils cherchent un remplaçant ?
— Ah, mais c’est que tu vas pas t’y mettre toi aussi. Pis t’en as un, de traîneau ? Et des rennes, tu en as ? Et même que t’en aurais, tu saurais y faire avec ? déjà que sur ton vélo… Tu t’y es vu sur ton vieux clou ? Ah j’te jure !

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, humour, Noël, nouvelles, contes, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s