D’où le danger de reluquer les nanas. Surtout rouquines.

« C’est pas que je vais pire, mais c’est pas plus que je vais plus mieux », m’a téléphoné un pote qui venait de sortir du coma.
Un pote perdu de vue après que j’eus reluqué de trop près, et sans filtre, une fille belle comme le soleil et aussi chaude, à voir comme ça transpirait le désir de son côté, du mien, et de partout. Rouquine, qu’elle était, pas blond vénitien, non, rouquine flamboyante que le gothique, à côté, c’est de la loupiote 15 watts et 20 ans d’âge, TTC pour les watts, hors taxes pour l’âge.

Le pote, ce jour-là, il s’était ramassé le 15 tonnes, que le gonze qui le conduisait, il avait aussi été aveuglé. Une comète comme ça, c’est comme le soleil, faut faire gaffe. Mon pote, c’est Bébert qu’on l’appelle, à cause qu’il s’appelle Philibert, qu’on aurait aussi bien pu dire Fifi ou un truc comme ça, pour pas le confondre avec l’autre Bébert, Albert, un autre pote qu’on allait trinquer avec lui de l’autre côté de la rue. C’est ce con qui nous avait désigné, à Bébert et à moi, cette nana que tout le monde disait qu’elle foutait le feu, mais les gens, ils racontent tellement de conneries. On aurait mieux fait d’écouter ce qui se jase dans les bistrots, au lieu de faire la sourde oreille. Faut dire qu’avec les amplis, aujourd’hui, t’as pas besoin qu’on te file un coup de trombone à coulisse direct dans les esgourdes pour devenir plus sourd qu’un dingue. Alors on économise les conduits auditifs en n’y laissant pas tomber n’importe quoi. On filtre, quoi.
Le mec au volant, le temps qu’il récupère la corne d’un des bestiaux qu’il amenait à la boucherie, vlan, décollage immédiat, le copain a explosé. De toute façon, il aurait pas eu le temps de la couper, la corne, de l’évider et d’y pratiquer la petite fente où c’est qu’on coince une lamelle de roseau ou ce que tu veux d’autre, je sais pas, un bout de lame de rasoir, les anciennes, tu en prends un morceau, et comme ça coupe comme une lame de rasoir, puisque c’en est une, tu la coinces tranquille là où il faut. C’est les Jilete qui font le mieux, mais si t’as pas un ancien dans ton entourage, c’est pas gagné d’en trouver.
Ouais, je sais, le chauffeur aurait aussi bien pu klaxonner pour avertir qu’il allait écraser Bébert, mais avec tous les klaxons, il aurait fait quoi, mon pote ? Rien. Ou peut-être gueulé que le bordel, ça va bien, hein, et c’est quand qu’ils vont fermer leur grande gueule, les klaxons, déjà qu’avec les boum-boum que les jeunes branleurs font gueuler dans leurs caisses, que l’harmonie, ils sont pas nés avec.
Et Albert, là, qu’était en terrasse à reluquer la donzelle, tu crois qu’il aurait prévenu Bébert du danger ? Ben tiens ! Y’a bien un type qu’avait crié attention les yeux, mais l’aurait encore fallu savoir à qui ça s’adressait.
Le 15 tonnes a freiné. Cinquante mètres plus loin. Le chauffeur, y’en a qui l’avaient vu jeter un œil pour voir si, à tout hasard, il aurait pas laissé derrière lui un cadavre tout neuf. Et comment il l’aurait vu, le gars ? que le Bébert, avec son vol plané et les courants ascendants, fallait pas compter qu’il redescende illico. Vroum, le temps qu’ils voient la porte côté passager se refermer, le mec était reparti, le camion aussi. Bref, on y avait vu que de l’igné.
Un godet en main, une petite cuiller dans l’autre, Albert et moi on avait attendu que Bébert veuille bien atterrir. Comme pilote on fait mieux, encore que, pour le décollage, c’était pas si mal. Faut dire que Bébert, c’est pas du genre néophyte dans ce domaine. Deux fois déjà qu’il s’était fait rentrer dedans, même si c’était pas du 15 tonnes, qu’à l’époque, le bistrot qu’on était devenus quasi actionnaires, avec les godets qu’on avait descendus, c’était le bouiboui de la rue Couchtard, comme on disait, à cause que ça se comprend. Une rue étroite ou un 15 tonnes, ça aurait eu vite fait de constiper la voie urbaine. Le pire, c’est que les deux fois le bahut avait bloqué l’entrée du troquet.

Le Samu s’était rappliqué au moment où Bébert atterrissait. Applaudissements. Les atterrissages en catastrophe, ça fait son effet, à se demander s’il y en a qui font pas exprès de saboter leur zinc.
En voyant débarquer les mecs en plus ou moins blanc, on s’était demandé s’ils bossaient pas aux halles. Bébert, ils l’avaient empaqueté pour l’amener direct au frigo. Le temps de vider un dernier verre pour la route, on était parti le pleurer avec Albert, à vélo. L’amitié, faut pas rigoler avec ça. Lui aux commandes, moi sur le cadre, si ça c’est pas du transport en commun…

Bébert, on l’avait retrouvé à l’hosto, deuxième sous-sol.
On se les gèle ici, qu’il nous avait dit en ouvrant un œil à moitié débranché. Qui c’est qu’a laissé la porte ouverte ? Personne, on lui a dit. T’es à la morgue.

Remue-ménage et tout le tintouin, le temps que des types en blouse verte finissent leur café, direction la réa.
C’est quoi qui lui arrive encore ? avait demandé un des chirugiens en s’attaquant aux dégâts. Intuition ou je sais pas quoi, malgré le tabeau –qu’un Braque, à côté, c’est de l’art estampillé Renaissance–, il avait reconnu Bébert pour l’avoir bricolé la dernière fois où le camion du limonadier –un rigolo qu’avait jamais vendu de limonade, ça risquait pas, vu qu’il savait pas ce que c’est– l’avait un peu écrasé contre la vitrine du bistrot de la rue Couchetard. Un quinze tonnes, cette fois, on avait répondu au toubib. Il va s’en remettre et autrement qu’au bon dieu ? on a demandé. Possible, on nous a dit, et ça sera pas pire. 

Après, notre pote avait piqué une sacrée bulle, sans nous donner de nouvelles. Dur d’écrire quand la nuit se couche plus et que l’eudéeffe t’as débranché le courant. La réanimation, c’est ça.

« Et la fille ? » il m’a demandé au téléphone. « La rouquine…»
Effacée. Disparue. Avant même que t’aies fini ton vol plané.

Depuis, on est retourné dans le bouiboui de la rue Couchetard. Bébert, le premier jour, personne l’avait reconnu. Et encore moins après l’opération de chirurgie esthétique que le patron l’avait encouragé à subir. La clientèle… tu comprends, il lui avait dit.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans circulation routière, grosse déconnante, littérature, nouvelles, contes, relations, amis, santé médecine, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour D’où le danger de reluquer les nanas. Surtout rouquines.

  1. fou du roi dit :

    Si vous remettez la main sur cette rouquine, par pitié gardez-la.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s