Alerte à la pollution, ou pire

« …mer les .ortes, colmat.. …nêtres, .as .ortir, ..ersonnes âgées …fants b.. âge. ..lerte niv…. ….vis… pulation, av… à la pop……on…»

— Germaiiiiiiiine ! Ça cause de quoi dans le poste ?
— Comment tu veux que j’y entende si tu me cornes aux oreilles ?
— Monte le son et on y entendra bien assez.
— L’est pas ouvert, le poste. Ça doit venir du dehors.
— Alors ferme-la et ouvre la fenêtre, qu’on y entende.

« …lerte …..ion, alerte. La mairie recommande de fermer les portes, les fenêtres, les portes-fenêtres, les soupirails, les vasistas, ainsi que les bouches d’aération, et de procéder à leur colmatage. Les services de la mairie vous préviendront de la suite des événements et de ce que vous devrez faire. Attention, ceci est une alerte à  la pollution, de niveau 5, bla bla bla… »

— Ah nom ti dieu, fallait qu’ça arrive, les cons. Avec leurs trucs atomiques et leurs bagnoles, leurs saloperies de gosses avec les téléphones portables, les clébards qui défèquent juste là où c’qu’on pose les pieds, leurs déodorants qui arrosent les sols et tout le tintouin…
— À moins qu’ce soit un coup des Russes, ou pire.
— Les bridés, pas les Russes, les bridés avec leur centrale en Chine ou par là-bas, que ça a pété. Eh ben au boulot, ma Germaine. C’est que ce coup-là, on va pas se laisser crever de faim comme en 40. Ah nom ti dieu ! Réunis les denrées, qu’on y mette fissa au garde-manger.
 — C’est au Japon, que ça a pété, une centrale nucléaire, avec le tsunami, c’est comme ça qu’ils y appellent ceux de là-bas, les Nippons. Le jambon qu’est au grenier aussi ?
— Ben c’te blague. Le Jésus aussi, prends-y, faut bien que quèque chose veille sur nous.

C’est comme ça qu’avec la Germaine on a tout déménagé les denrées à la cave. Deux heures que ça nous a pris, quand même. C’est qu’avec les patates de la veille, que la terre c’était du bêton, on n’était pas flambant neuf question forme. Sans compter que les escaliers de la cave, on y avait pas prévu pour le déambulateur de Germaine, qu’on l’a tout éraflé, merde de merde. Et c’est pas les Chinois qui vont la payer, la peinture, quand il faudra y repeindre. Germaine ? Non, elle s’est pas trop abîmée, à part quèques bleus.
Le lard, les frometons, le saindoux, les saucisses sèches et le beurre salé, on y a tout mis dans le garde-manger, un que j’ai fabriqué avec du treillis quand j’avais eu à défaire le poulailler, que les poules, ce salopiot de renard leur avait fait du gringue et du rentre-dedans. Non, pas le beurre salé, que Germaine a mis dans une taupine avec de la flotte et un peu de gnôle, pour la conserve. Les œufs, on te les as collés dans une jatte, avec le plein de cendre par en dessous et pareil par en dessus. Pointe en l’air, sinon ça fait pas. Germaine elle voulait que la cendre on la garde au cas où le chat reviendrait, mais le chat, je lui avais pas dit que c’est le renard qui lui avait fait sa fête. Et une drôle de fête, qu’il avait dû en voir des chandelles de toutes les couleurs. Germaine, elle est d’un sensible que, quand son foutu de radin de père avait calanché, elle avait pleuré. Et elle avait remis ça pour sa mère qu’était morte en même temps, et qu’à mon avis, pleurer pour les deux à la fois, ç’aurait bien été suffisant. Pour les patates, les choux, les poireaux, les pommes et les poires, c’était déjà tranquille sur la claie, tout bien aligné et propret, sauf les patates qu’on y laisse un peu de terre, c’est mieux. Y’en a qui font pareil avec les défunts, paraît que ça les conserve, à condition que c’est la même terre que pour les patates, et qu’on ait envie de les conserver.

Les provisions, faut que ça se conserve, et pour que ça se conserve, faut point trop de lumière, et la lumière, à cause du soupirail, c’est pas ça. Alors on a jeté des grands draps par dessus tout ça, qui feront aussi pour la poussière, au cas où, qu’on sait jamais si ça venait à péter. Je dis la lumière, mais en fait, ça joue pas, à cause qu’il fallait tout boucher et colmater, comme ils l’avaient dit au porte-voix . Ce qu’on a fait avec du carton d’emballage, çui du pinard, qui risque pas de manquer et de la glu, celle qu’on fait aux veillées, en hiver, que le voisinage gueule qu’avec le houx qu’on raffle dans le coin, ils peuvent plus se souhaiter les vœux de nouvel an. Les cons, qui confondent le houx avec le gui. Je les imagine en train de se baver dessus, à la Saint Sylvestre, minuit pétante, en gueulant au houx l’an neuf, les triples cons.
Une fois le soupirail bouché, on a regardé satisfaits le tas de provisions, puis on est remontés. On a encore cabossé le déambulateur, mais il nous a causé moins de souci qu’à la descente.
Merde alors, j’ai plus de glu pour colmater la porte, j’ai dit à Germaine qui se frottait de tous les côtés à cause qu’elle avait dû aussi se cabosser un peu. Faut dire que les escaliers de la cave, quand on y avait fait faire, on n’avait pas prévu non plus que Germaine elle deviendrait grosse comme une vache, je veux pas dire partout, ni comme une vraie vache, mais quand même.
C’est elle qu’a eu l’idée, pour la colle. Et que je te file en cuisine, que je te récupère un sac de farine qu’elle avait oublié de descendre, que je te la fourre dans la flotte chaude, que je te la fasse chauffer, et zou, la colle était prête, toute fumante. Avec Le Petit Télégramme, le canard local, on a déchiré des bandes qu’on a collées partout autour du chambranle.
Après on a fait pareil dans toute la baraque comme pour la porte de la cave. Trois fenêtres plus la porte du grenier, je peux pas dire que ça nous a pas pris grand long temps. Va donc me quérir les vieilles planches du poulailler, j’ai demandé à Germaine. Que je renforce les huisseries, au cas où… Pour plus de sécurité, j’ai cloué des planches en travers des fenêtres et des portes. Des pointes de 100, du solide, parce qu’on sait jamais. T’en fais pas trop ? elle m’a dit. Les bonnes femmes, c’est ça, faut pas trop leur en demander question technique.
Germaine, à cause qu’elle est pas tant alerte, faut bien que je la houspille un peu. Traîne point, que je lui ai dit pendant que je m’attaquais à la porte d’entrée. Et pense à fermer le gaz, on sait jamais. Pis tâche moyen de pas oublier la colle, qu’on en a besoin pour colmater l’huis.

Quand moins de trois heures après l’alerte on a eu été dehors, en nage, après avoir tout fermé, bouché, clos, colmaté et cloué des planches parce qu’on est jamais assez prudent, on a soufflé un grand coup. C’est qu’on est plus tout jeunes et plus tant alertes, surtout Germaine, et moi aussi. On a voulu s’asseoir sur le banc que j’avais bricolé avec de vieilles planches du poulailler, çui-là que j’avais démonté après que ce satané renard  avait fait ses emplettes, mais de banc, y’en avait plus, tout passé qu’il était à consolider les défenses. Du coup, on s’est assis sur une des roues du tracteur que j’avais démonté après que j’avais bouzillé l’engin en coursant ce putain de gredin de renard. L’engin avait versé dans une ornière où il avait perdu une roue.
On s’est épongé le front, on a encore soufflé deux trois grands coups. Ouf ! c’est fait, j’ai dit à Germaine.
C’est là qu’elle m’a demandé si j’aurais pas une petite fringale.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, environnement, nouvelles, contes, rumeurs, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Alerte à la pollution, ou pire

  1. Sincere Felicitations pour votre blogg qui est un total plaisir a lire. Amicalement …!

  2. gold price dit :

    Bonjour, J’ai construit de toutes pièces et planches par planches un Poulailler pour 3-4 Poules à base de planches de Palettes Je vous montrerai des Photos de ma conception peut être que ça intéressera certains Bonne journée !

    • Bisarre de trouver votre commentaire sur ce texte « Alerte à la pollution », qui se veut au énième degré. Mais si votre poulailler est de la même trempe (énième degré), vous pouvez toujours m’envoyer la photo, et peut-être pourra-t-elle illustrer mon texte.
      Bonne soirée

  3. about Dogs dit :

    Good blog post, nice efforts. It couldn’t appear to have been penned any better. Reading this article piece of writing reminds me about my old boss! He usually kept babbling about this. I will email this post to him. Pretty confident he will probably have a high-quality read. Appreciate your posting!
    Welcome to my website http://www.about-dogs.zoomshare.com.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s