Comme Bach – Come back

Concerto pour 2 violons en Ré mineur de JS Bach.
C’est par la version d’Eddie South et Stéphane Grappelli que j’ai connu ce concerto. Pour mes oreilles d’amateur, la meilleure. Amateur inculte en entends-je murmurer parmi vous. Et alors ? Vous en connaissez beaucoup, vous, des personnes que cette musique a accompagné à la sortie d’une anesthésie ? Pire, That’s all right mama, de Presley, a pris le relai. Pire, ça n’est pas moi qui le dis.
D’accord, je suis excusable. Les nimbes me ouataient encore l’esprit devenu vagabond le temps de la partie de billard, l’intervention.
Une mère, c’est coton, quand ça se fait doux, avec sa voix de mère qui apaise son enfant. Mon petit, qu’elle murmure, brise éphémère trop tôt partie, délitée. Les parents, c’est une fois qu’on est devenu vieux qu’on aurait le plus envie d’être auprès d’eux, ou qu’il faudrait. C’est trop tard, tant pis, mais il y a la musique.
Les deux violons qui s’entendent comme larrons en foire, il leur en a fallu du temps et des rides pour parler ainsi. Mère et fils. Je dis mère, mais tu peux le remplacer par père. Pareil pour le fils qui peut tout aussi bien être une fille. A condition d’aimer chanter la vie quand elle se fait mélodies.
Presley et sa mère, je veux dire sa maman, c’est pas du coeur de granit. That’s all right, ma, c’est pas du discours.
Si ma mère était auprès de moi pour veiller sur son petit ? J’en sais fichtre rien, et si ça n’est pas ça, c’est que j’aurai dessiné son image, sa main sur mon front perlé, un mouchoir de Cholet cent fois lavé pour le faire soie.
Bref, possible qu’elle m’ait remis une deuxième fois au monde. En selle, comme lorsqu’en riant elle me remettait à califourchonner sur mon cheval de bois, parce qu’il m’avait désarçonné d’un coup de bascule. En scène.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans allégorie, écrits libres, famille, parents, enfants, vivre et mourir, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Comme Bach – Come back

  1. rosalie dit :

    ben bon retour parmi nous ! ou bien pour ta renaissance : « bonne arrivée » comme i disent en côte d’ivoire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s