Interdits de voter, plus jamais nous ne voterons

Élections présidentielles, 2e tour.

Ça y est, je suis allé voter. En fait, nous sommes allés voter.
Pas de table de décharge dans ce bureau de vote minable : bulletins et enveloppes devaient se trouver dans l’isoloir. Nous y sommes entrés, avons tiré le rideau comme nous sommes censés le faire. Bulletins et enveloppes étaient posés sur une étagère bancale. Nous avons glissé François Hollande dans une enveloppe et Nicolas Sarkozy dans une autre. Les bulletins de vote étant quelque peu mélangés, nous en avons profité pour y remettre un peu d’ordre. Nous avons mis à droite la pile de Nicolas Sarkozy (Nicolas Sarkozy est le candidat sortant qui, sous prétexte de mettre de l’ordre aurait semé le désordre, un candidat que certains aimeraient voir se faire sortir) et à gauche la pile de François Hollande (François Hollande est un candidat qui aimerait entrer à la Présidence et dans l’Histoire, mais qui est désigné par ses adversaires comme étant celui qui sèmera le désordre et mènera le pays à la faillite, ce qui est idiot puisque le pays est déjà en faillite et que moins que multiplie moins ça fait plus). L’un de nous voulait faire le contraire, Sarkozy à gauche, Hollande à droite, mais nous l’en avons dissuadé.
Nous avons taqué proprement les deux piles, avons défroissé les bulletins que des hésitants avaient jeté pêle-mêle à la corbeille sans penser que, vite remplie, elle finirait pas déborder, puis les avons soigneusement rangés à plat au fond de la corbeille. Pris d’un doute, l’un de nous a récupéré un des bulletins défroissé et l’a glissé dans une enveloppe. Le voyant faire, un autre a fait de même.
Nos quatre enveloppes soigneusement refermées, nous sommes sortis de l’isoloir sans tirer le rideau. Le tirer aurait pu faire croire à quelqu’un de grande taille que l’isoloir était encore occupé par un électeur ne sachant encore pour qui voter. Cependant, toujours prêts à rendre service, nous avions écrit nos propres recommandations sur une des parois de l’isoloir : Votez Sarkozy – Votez Hollande. L’un de nous n’a pu s’empêcher d’ajouter VOTEZ NICOLAS HOLLANDE VOTEZ FRANÇOIS SARKOZY. Aider son prochain est, pour nous, une évidence. 

Alors que nous nous avancions vers la table de vote pour y déposer dans l’urne nos quatre enveloppes, un des assesseurs a fait un signe discret au garde-champêtre, chargé de faire régner l’ordre public. « V’là le taré de schizophrène », lui a-t-il dit en nous désignant du menton. « Virez-moi ça ! ». Le garde-champêtre nous a arraché les enveloppes des mains, pendant que le président téléphonait à la clinique pour que des infirmiers nous y ramènent.
Nous avons pris nos jambes à nos cous et avons pris la poudre d’escampette sans demander nos restes.

« Si vous êtes d’accord, plus jamais nous ne voterons » ai-je déclaré à mes comparses. 
Aucun n’y a vu d’objection.

………………………………………………………………………………………….

À propos des présidentielles (qui décidément m’inspirent), voir aussi :

Le poids de la culture berrichonne dans les élections présidentielles
Élections présidentielles : quels choix ?
Le rêve d’un présidentiable
E-commerce et parrainage à l’élection présidentielle
Elections présidentielles et résurrection
Les résultats des présidentielles en avant première (1e tour)
Vote aux élections présidentielles : un choix cornélien
Marché électoral de Toulouse et Montauban
Un présiedent magicien illusionniste
Elections : une leçon de civisme
Présidentielles ; une fiction bientôt sur vos écrans
Mon vote aux présidentielles

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, élections présidentielles, citoyenneté, humour, identité, santé, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Interdits de voter, plus jamais nous ne voterons

  1. celcel dit :

    Bonsoir,
    la mère qu’elle décide = la Merkel décide… (rapport au vote à la grecque)
    (Oui bon, c’est du jeu de mots d’après minuit, mais c’était quand même pas si mal pour un jeudi).
    Merci pour votre joly réponse au commentaire.

    • J’ai beau être frappé d’une légère surdité (c’est d’ailleurs à force d’être frappé que je suis devenu à moitié sourd -une oreille sur deux-, que la vie est cruelle !), je viens de comprendre qu’il s’agit de quelqu’un qui dessine l’amer. Sans doute une Bretonne qui en a marre de voir s’échouer des pétroliers, mais que font les autorités ? On sait que de nombreux amers ont disparu de nos côtes, de nos ports et de nos côtes de port, disparition dûe sans aucun doute à la flambée des prix de l’immobilier, flambée qui n’a jamais servi ni d’amer, ni de phare et par conséquent ne participe en rien à la sécurité des marins qui continuent à naufrager, quelle misère !
      Je ne l’ai pas encore dit, ce qui est empreint d’une saine logique, puisque j’écris, mais je me dois de porter à votre connaissance le fait troublant qu’une quasi cécité a nécessité que je fasse appel à un lecteur pour pouvoir lire votre article, je veux dire pour qu’il me le lise. Un lecteur dont je ne peux mettre l’honnêteté en doute, même si son élocution a un petit quelque chose de bizarre. Mais qui, aujourd’hui, s’élocutionne à la perfection ?
      L’amer qu’elle dessine. Il s’agit bien d’une femme comme on l’a vu à travers sa qualité de Bretonne ; une artiste peintre à laquelle un naufrage suivi d’un veuvage ont ouvert la voie à la création plastique, expression que tous les psys dignes de ce nom s’accordent à reconnnaître comme ayant une grande portée thérapeutique. Désormais on l’imagine, à défaut de le savoir, un être cher à son coeur a péri lorsque le chalutier s’est fracassé sur les rochers. Etc., etc.
      Mais franchement, que vient faire une peintre bretonne dans cette histoire d’élections ?
      Aurais-je compris hâtivement ?

  2. celcel dit :

    Moi aussi je suis entrée. J’ai cherché mon bulletin d’Eva Joly. Il n’y en avait plus sur la table de décharge qui n’existe pas. Pas grave, il doit y en avoir dans l’isoloir. Ben non. Que des Holzys et des Sarlandes… Où va la démocratie ? Alors j’ai réfléchi bien fort et très longtemps. Comment faire ? Heureusement, j’avais amené mon bulletin perso, gravé à mes initiales et réutilisable (dire à l’assesseur qu’il n’oublie pas de le mettre de côté après le dépouillement pour me le rendre). J’ai pris mon stylo à encre bleue marine et inscrit en jolis caractères « eva ». Mais ça m’a fait une sorte de gros Bayrou. J’ai pensé à mettre trois noms, à la grecque. Après, c’est la mère qu’elle décide. Mais le stylo s’est bloqué sur le a. Impossible d’écrire un b, ou la moindre autre lettre. Du coup, j’ai découpé deux ronds verts dans le rideau de l’isoloir que j’ai glissés dans l’enveloppe. (Les trous seront un accessoire pratique pour savoir si oui ou non il y a quelqu’un). Alors que j’avançais vers la table de vote pour la déposer dans l’urne, un des assesseurs a fait un signe discret au garde-champêtre, chargé de faire régner l’ordre public…

    • Grand merci pour votre commentaire… éclairé. En fait, très allumé.
      QQ chose a cependant échappé à ma finesse de comprenaille : la phrase « Après, c’est la mère qu’elle décide ». Merci de m’éclairer si vos piles sont encore chargées.

      Le garde champêtre, parlons-en, un moche et stupide individu qui prend l’hélvétie pour des gens ternes, doublé d’un pleutre qui recule devant une horloge qui avance, sans même vérifier qu’elle n’a pas été fabriquée en Suisse, mais dans le Jura français, région spécialisée dans le plastique -on s’étonnera après que rien ne tourne rond et que ça pète de tous côtés- et qui ferait bien d’arrêter de fabriquer des fromages à trous, cause de nombreuses fractures de la hanche chez les promeneurs inattentifs atteints d’ostéoporose, cette maladie honteuse qui touche les pays socialistes. Atteint d’une bêtise indélébile, ce laid débile, plus froussard qu’une horloge en panne qui sait qu’elle va se faire titiller les rouages par un horloger du Jura -français-, ce qui est la garantie d’un montage sans garantie, ne mérite que ce qui lui est arrivé. Mais Coâ ? dit la grenouille que je porte au poignet en guise de montre (rien de mieux qu’une grenouille pour indiquer le temps).
      Le rideau de l’isoloir. Blanc. Avec deux trous à hauteur des yeux d’un individu normalement constitué, ni nain, ni géant et ayant les yeux en face des trous du rideau et de ceux de ses orbites. Le type même de celui que je suis : normal. Je croyais me rappeler d’un rideau avec deux gros pois verts : j’ai dû me tromper. Bref, comme disait Pépin ou Ajax -j’ai un trou-, je l’ai décroché, m’en suis couvert, et croâ ? vous entends-je croasser à cause de vilains crapauds qui montrent la provenance plébéienne de l’objet textile. Je me suis approché du garde champêtre, sans produire plus de bruit qu’une plume ne parvenant pas à mollement tomber sur le sol à cause de conditions aérologiques particulières, ce qui est chose aisée lorsqu’on pratique la sustentation (je précise avoir un master en lévitation).
      Houuuuuuuu, houuuuuuuu ! lui ai-je crié dans les oreilles, an agitant les bras et la queue, tel un corbeau belliqueux sur le tarmac, prêt à prendre son envol pour une attaque éclair -sus à l’ennemi !-, sur lequel il fondra.
      Un ffffffff… Un fan… un fan-fan… un fantôme a-t-il hurlé en prenant sa jambe d’unijambiste à son cou. Le triple con ! Qui avait oublié qu’il était unijambiste et qu’il était à Crans (39300, Jura, Franche Comté), un des patelins de France où il ya le plus de fractures de la hanche et des jambes de bois, d’autant que l’alimentation exessivement basée sur le fromage finit par fragiliser le système osseux, un trop fort apport de laitages, donc de calcium, engendrant l’effet inverse de celui attendu.
      Comme quoi, mieux vaut se satisfaire des trous.

  3. Saya sangat menghargai setiap membaca informatif sini. Saya tentu akan menyebarkan frase tentang situs Anda dengan orang-orang. Ceria.

    Je me suis permis de mettre la traduction (par Google) :
    Je vous serais reconnaissant toute lecture informative ici. Je vais certainement passer le mot sur ​​votre site avec les gens. Cheers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s