L’ordre rétabli en centre Asie ; l’ordre nouveau

Selon nos dernières sources (les précédentes s’étant taries après que nos correspondants eurent été invités à discuter en toute liberté avec le pédégé du Département de l’Intérieur et de la Police1) sûres (évidemment, car venant de moi-même en personne, suite à un déplacement dans ce doux pays, que je me demande comment j’ai pu en revenir sans plus de difficultés qu’un emprisonnement d’un mois –consolation, celui de février– dans une des nombreuses prisons d’état et une amende de plus de Flaichs –la monnaie locale– qu’il n’en faut pour se retrouver illico dans la dèche… dernières sources en provenance du Yakmoakiconte.
Je reprends : selon nos sources en provenance du Yakmoakiconte, le chef d’état, suite aux événements tragiques qui se sont déroulés tels ces scotchs suspendus en guise de luminaire au plafond de la cuisine qu’une ampoule usée de 40 watts éclaire d’une lumière jaunâtre dont la lueur mollement projetée sur les murs jaune pisseux laisse entrevoir l’aspect moucheté des murs dû à la présence de mouches plus ou moins mortes dont certaines tentent vainement de se décoller pour reprendre leur vol exaspérant…, le chef d’état,  bien décidé à garder pouvoir et mainmise sur le peuple, les affaires et sa femme, une pétasse, cependant gironde, mais qu’un QI identique fait irrémédiablement penser à une moule qui, s’étant fait dorer la pillule au soleil se serait fait cuire le neurone… Je reprends : le président, s’adressant à la population bien obligée d’écouter, car encadrée par les meilleurs éléments de la police politique du pays aidée dans sa tâche par une brochette d’indics… J’en étais où ?

Ce qui sert de président, donc, dans un discours où il a fermement dénoncé l’odieux acte terroriste de la veille qui a entraîné les dégâts que l’on sait parce qu’on en a entendu parler dans les médias officiels (en fait les seuls à être autorisés, sous contrôle), mais dont on n’a eu aucune preuve, les caméras étant étonnamment tombées en panne, a pris la résolution de procéder à l’éradication, au nom de la lutte du bien contre le mal, de tout élément qui entraverait la marche de la nation vers le bonheur, donc tout élément dérangeant, donc tout élément ne marchant pas dans la combine –je ne sais laquelle, contrairement à lui qui le sait, pour cause–, donc les indigents qui ne consomment rien parce qu’ils n’ont pour ronds que ceux que dessinent leurs mirettes lorsqu’ils se rendent compte qu’ils ne sont pas (encore) emprisonnés et sont encore en vie, et  qui, non seulement ne participent en aucune façon à l’enrichissement des marchands de bonheur, mais passent leur temps à vivre aux crochets de la société en profitant de façon éhontée de l’aumône qui leur est faite ; les poètes –hormis les officiels dont la langue, à force de lêcher les semelles du pouvoir, s’est cartonnée au point de ressembler à ce bois dont on fait les flûtes ; et ceux qui, s’étant vus être privés de l’usage de leurs mains après qu’un malencontreux couperet les leur eut tranchées sous prétexte qu’ils n’applaudissaient pas au passage de l’illustrissime président. Donc les indignés, contestataires et autres fainéants, suspects et persona non grata qui grossissent les rangs de la racaille. 
Le bien contre le mal, combat titanesque pour lequel ni ses sbires, ni ses favoris, ni ses lèches-culs, ni ceux qui ne prennent la parole que pour encenser ses actes… ne remettront en cause l’arsenal démesuré et la violence sans limite mis en œuvre pour mener ce légitime combat à une juste victoire.

Il a mis le paquet le président : 300 membres du G.I.GÉGÈNE (Groupe d’Intervention Génocidaire Éliminateur des Gangrènes Énnemies de la Nation Etc., dont la fière devise est « Là où y’a pas de gégène, y’a pas de plaisir »)  armés jusqu’aux couilles (ce qui peut faire penser qu’ils en manquent et explique que ces flics spadassins soient à sa botte). Qu’il a détachés illico au Mahagoni, épicentre de la contestation où se seraient produits les fameux tragiques événements. Oui chef, bien chef, à vos ordres notre bon chef.
Politique sécuritaire oblige, pour servir les desseins crapulo-commerciaux des états de droit droite de cette région idyllique d’Asie centrale, des troupes ont été levées au Tupøtegrathai, au Kissgrizpatankça, au Chtavépourtanprévnu, au Hachpé et en Guermania. 

Après quoi, l’ordre a été rétabli. L’ordre nouveau.

1. Après la chute du régime consécutive à la disparition du président Avi (qui fut président à vie du Yakmoakiconte) le gouvernement a été remplacé par un Conseil d’Administration nommé par le nouveau président, ancien ministre de l’Intérieur.

Pour en savoir plus sur cette région d’Asie Centrale, voir les articles :
Voyages  –  Sur la route du Blennoragistan  –  Voyage au Chtavépourtanprévnu  –  Voyage au  Tupøtegrathai  –  Lettres du Kissgrizapatankça et du Yakmoakiconte  –  Yakmoakiconte : le président s’adresse à son conseil  –  Inauguration officielle, buffet et crèves la faim  –  Lettres perdues  –  Effet papillon et crise économique  –  Les 10 commandements d’un dictateur (à ne pas contourner).

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, international, nouvelles du monde, lois, justice, politique, économie, rumeurs, société, voyages, carnets de voyages, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s