Agences de notation : bonnet d’âne pour la France

agences de notation : un bonnet d'ane pour la France

Agences de notation : un bonnet d'âne pour la France

Quand je disais que la France c’était nul, hein ! Je suis p’têt pas bien futé, mais même si j’ai pas inventé le fil à couper le beurre en été, faut pas me la faire. En tout cas preuve est faite que la miss est un cancre. Alors, qu’on ne me fasse pas la morale sur mes incapacités à moi, sur ma flemme à moi, sur ma connerie à moi, sur tout ce qui foire chez moi, et encore je préfère ne pas dire que je suis un ivrogne, et pire. Faut dire que c’est dur de résister avec tous les pinards qu’on trouve de par chez nous, et qu’on sirote pour le goût et l’oubli.

Un truc quand même que je comprends pas, rapport à Dieu. La fille aînée de l’Église, il en a manifestement rien à foutre, le bon Dieu. Un petit miracle, c’était pas bien compliqué. Moi, par exemple, je dis moi, mais ça pourrait être quelqu’un d’autre, c’est une façon de parler, moi, je serais Dieu, les mecs des agences de notation qui se prennent pour je sais pas qui, des instits tout puissants ou un truc comme ça, je te leur aurais purement et simplement tordu le cou, ou je sais pas, pendu à une des patères de l’école, celles qui sont sont sous le préau, par exemple, à se les geler. Pis d’abord, c’est qui ces gonzes ? Ils ont un nom ? Ils viennent d’où ? Qui c’est qui les paie ? Et avec quel pognon ? Non, me dites pas que c’est avec le nôtre, j’y croirais pas. De toute façon, avec tout ce qu’on nous prend, le pognon, y’a longtemps que j’en ai point vu la couleur.
Dieu, on peut pas dire qu’il se les bouge. Va savoir s’il a pas été acheté par les agences de notation, d’autant qu’avec la cote qu’il a ces temps-ci, le gars Dieu, le moindre petit pot de vin, pas sûr qu’il y résiste.

Un autre truc que je comprends pas que, d’après moi, Dieu il y est pas obligatoirement pour quelque chose. C’est tous ces grands couillons et grandes courges qui se la ferment, tendent leurs doigts sagement pour se faire taper dessus à grands coups de règles qu’ils ont payées de leurs nos deniers, qui baissent la tête comme des sales gosses qu’on a surpris à avoir fait des bêtises, d’avoir pas appris leurs leçons. Je parle des présidents et des machins pareils, qu’ont du pouvoir, celui de nous emmerdouiller et de se mettre eux-mêmes dans la panade à cause qu’ils sont bêtes à manger du foin. Pace que faut être bête à manger du foin pour continuer à croire que ce qui a été le sera encore et encore mieux. Comme cette connerie de croissance qu’ils ont toujours aux lèvres. T’as déjà vu quoi que ce soit qui débarque, grandit, grandit, grandit encore et toujours. Rien que parce que y’aurait plus assez de place, c’est idiot de croire que tout peut croître sans cesse. À part la connerie, peut-être.
Bon, faut quand même être débile pour accepter de se faire moucher comme des morveux par des salopiots doublés de gros cons à cause qu’ils scient les branches sur lesquelles ils ont posé leurs gros culs de gros cons qui ont décidé de faire le pluie et le beau temps. Des salopards qu’on gave pour qu’ils nous en mettent plein la vue le fondement.
Les mauvais élèves, bref, ceux qui ne sont pas rentables pour ceux qui s’en mettent déjà plein les fouilles, on te leur fait péter le triple A, et basta ! Ce qui revient exactement au même que de débrancher un pauvre bougre en réanimation. 
Et quoi ? Nos chers gouvernants acceptent ça. Acceptent que des entreprises, dont le seul but est de servir leur propre intérêt, disposent du droit de vie et de mort sur les citoyens. Je déconne, je voulais dire cloportes.

Mais pour en venir au bonnet d’âne, j’aimerais que, juste un instant, les grands pontes des agences de notation réfléchissent sur ce que sont devenus nombre de “sales gosses” désobéissants et mauvais élèves qu’on a affublés de cette coiffure de honte. Et qu’ils n’oublient pas que les ânes sont intelligents, savent très bien où ils vont, ont le pas sûr, sont entêtés et savent avoir le dernier mot. S’ils ne sont pas abattus, dans un dernier stupide accès de folie, par ces censeurs dont les agissements en rajoutent quotidiennement à la misère et à la précarité des cloportes citoyens.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, allégorie, citoyenneté, folie, lois, justice, politique, économie, société, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s