Vœux et corruption

Si j’enlève les deux premières années de ma vie où je ne possédais pas encore à merveille cette langue maternelle que parlait aussi mon père et ses ascendants, ça fait très exactement 64 ans que chaque année à la même époque, j’adresse mes vœux de bonne santé, de bonheur, de réussite, d’amour, et j’en passe, à toute une flopée de gens dont je n’ai strictement rien à faire, mais dont je ne fournirai pas les noms, n’ayant nulle envie de me fatiguer à tapoter sur mon clavier, et tout ça pour rien, n’ayant jamais reçu le moindre cadeau en récompense de ce vain labeur, ni même de réponses si j’excepte quelques lettres gratinées d’injures tout autant gratinées, sous prétexte que j’aurais commis des fotes d’ortografe, ce qui m’étonnerait. Comportements qui m’amènent aujourd’hui à faire le mort, situation où les chances de recevoir critiques, remontrances et injures sont quasiment réduites à zéro.
Pour cette nouvelle année, j’ai décidé de ne souhaiter mes vœux qu’à ceux susceptibles de me renvoyer la balle ou l’ascenseur, voire les deux. Avec les élections de tous bords qui se préparent, dont les présidentielles, j’ai dressé une liste des candidats et leur ai adressé un courrier assorti d’un contrat de collaboration en pièce jointe où je leur demande un engagement sans équivoque : mon vote en leur faveur contre un poste peinard et surpayé en ma faveur. Poste, place ou fonction, peu m’importe, mais situation où je pourrai à loisir –donc en permanence– lécher des bottes ou cette partie anatomique que certains utilisent pour prendre leur pied, courber le dos, me faire acculer et profiter de quelques subsides fièrement gagnés à la sueur de ma vile bassesse.

Glissant avec volupté mes lettres dans la boîte prévue à cet usage, j’ai compris en cet instant que je quittais le monde stupide des poètes et autres imbéciles pour celui des adultes responsables.
Je suis corrompu ? Certes, mais pas plus que… Vous voulez des noms ? Que m’offrez-vous en échange ?

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, humour, les autres, politique, économie, relation aux autres, relations, savoir-vivre, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Vœux et corruption

  1. Wozali dit :

    Aïe Aïe Aïe ! tu vires mal mon frère ! Si je dis rien, on partage ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s