Révolte des Indignés : un virus venu du Maghreb ?

À Housna B.

— Moi, ça m’étonnerait pas que ce soit encore un coup des Russes.
— Quoi ?
— Comme avant, avec leurs fusées, leurs bombes atomiques et toutes leurs saloperies de rouges. Je parle de ce qui se passe dans le monde, tous ces culs terreux qui sèment la zizanie. Les Russes, je te dis. Ou alors les Ricains, avec leurs fusées, leurs bombes et toutes leurs saloperies de capitalistes.
— Et les banquiers. Un coup des banquiers. Ou alors c’est un complot. Avec le pognon des banquiers.
— Tu veux dire notre pognon, oui !
— Les banquiers juifs.
— Banquier et juif, c’est pareil. À mettre dans le même sac avec les communistes et les capitalistes. Indignés ! Non mais c’est quoi cette connerie ?
— Tu me diras, je serais juif, mais ça risque pas, moi aussi je serais indigné, avec ce qu’on leur a fait… C’est des juifs les indignés ?
— C’est pareil. Et ce qu’on leur a fait aux juifs, dis-moi, c’est pourquoi ? L’orgueil, moi je te dis. À se prendre pour le nombril du monde, voilà ce que ça donne. Ils faisaient moins les fiers en 40. On aurait un Pétain, aujourd’hui, crois-moi, ça moufterait pas et ça bosserait au lieu de manifester.
— Un Pétain ou un Kadhafi, tant qu’on y est.
— Ou un Moubarak, même un al-Assad, tiens. Avec eux, c’est pas de la rigolade, et les culs-terreux, ils se la ferment et se tiennent à carreau. Et c’est pas demain la veille que ça risque de changer.
— Heu… Le Jt, les infos et le journal, tu regardes jamais ?
— Ça risque pas. Tous des vendus. Ils racontent que des conneries. Mais j’en sais bien assez avec ce que j’apprends au bistrot. Et je vais te dire, c’est pas parce que Kadhafi ou qui tu veux est mort ou s’est fait virer que ça va changer. Ils sont trop cons les arabes, trop cons. Les peuples, je veux dire. Parce que les dirigeants, cons ou pas, on s’en arrange comme il faut, tu peux me croire. Et comme y a pas de petits profits, on en fait des gros grâce à eux.
— Ben… les peuples ils se sont quand même révoltés. On peut même dire qu’ils ont fait la révolution.
— Mouais… Laisse faire, laisse passer, et ça va vite remarcher au pas, crois-moi. Trop cons, je te dis. Ein zwei, en avant la musique, et au boulot !
— Ils ont pas de boulot.
— C’est bien la preuve que c’est des fainéants et des bons à rien. Mais on va les y mettre, au boulot. si tu vois ce que je veux dire… Faudrait pas qu’ils oublient Poitiers. La râclée qu’on leur a mise.
— T’oublies un peu les croisades. Et puis, bons à rien, quand même… Ils ont bel et bien renversé leurs dictateurs. Et question culture, tu m’arrêtes si je dis des bêtises, ils ont rien à nous envier.
— On s’en fout de la culture. Ils ont renversé leurs dictateurs, oui, et avec l’aide de qui, d’Allah ? Tu parles. Et si on les a aidés, c’est pas pour des clopinettes. Donnant donnant, sauf que s’il y en a qui vont tirer les marrons du feu, c’est pas eux, tu peux me faire confiance.
— N’empêche qu’ils se sont bougé le cul, qu’ils ont pris des risques et on peut pas dire qu’ils aient manqué de courage. Et depuis, ça fait tache d’huile, et pas que chez eux. Un vrai virus, que la grippe, à côté, c’est de la rigolade. Jusqu’aux États-unis, et même en Russie, partout.
— T’as raison, ça fait tache. Mais on va remettre tout ça au pas. La Grèce, l’Espagne et les autres. Les virus, une tapette à mouche, et zou ! plus de virus.
— Ben… jusqu’à preuve du contraire, la tapette à mouche n’est pas des masses efficace. Je sais pas, mais j’ai comme l’impression que les arabes nous ont donné une sacrée leçon. Les peuples, en tout cas. Et ils pourraient bien devenir un modèle.
— Un modèle de quoi ?
— Je sais pas… de société. Un modèle à eux parce que, sincèrement, le nôtre, il est pas si génial que ça. On le saurait, sinon. Et on ne râlerait pas comme on le fait, on ne critiquerait pas comme on le fait, on accuserait pas les uns et les autres comme on le fait et on dirait pas toutes ces conneries.
— Un modèle de société ! Manquerait plus que ça. Je vais te dire, non seulement, on a bien eu raison de soutenir leurs dictateurs, mais le mieux qu’on ait à faire maintenant, c’est de reprendre le contrôle. C’est quand même pas eux qui vont faire la loi. Ni ces emmerdeurs d’indignés.
— Reprendre le contrôle… Tu veux dire comme les Nazis avec les Juifs ?
— Non, bien sûr que non. En finesse.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans humour, international, nouvelles du monde, logorrhée, société, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Révolte des Indignés : un virus venu du Maghreb ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s