Une séance de spiritisme

— La magie, l’occultisme et toutes ces conneries, moi j’y crois pas.
— T’y crois pas mais pourtant…
— Pourtant quoi ?
— Les tables tournantes, eh bien, ça marche. Elles tapent, elles tournent, et tout ça…
— Peut-être bien, mais ça marche pas. Pour preuve l’autre jour. Et pourtant, c’était avec le guéridon de la mémé d’Henri, le voisin du 9e. Un vrai guéridon en bois, même qu’il y a de la marqueterie, un truc bizarre. Faut que ça ait trois pieds si on veut que ça marche, à ce qu’on dit, et il a trois pieds. Un truc qu’elle avait fait fabriquer exprès pour ses séances de spiritisme, du temps d’avant qu’elle devienne vieille. La peau des fesses, ça lui avait coûté, à la mémé. Le meilleur ébéniste de la place.
— Et alors ?
— Alors ton esprit, il est point venu, et c’est pas faute qu’on l’a pas appelé. « Esprit es-tu là, esprit es-tu là. Si tu es là, tape un coup ; si t’es pas là, tape deux coups. Esprit es-tu là ? Esprit es-tu là ? » On a tous demandé, chacun son tour.
— Et alors ?
— « Esprit es-tu là ? » on a repris en chœur.
— Oui, et alors qu’est-ce qui s’est passé ?
— Il s’est passé qu’il était pas là, l’esprit. Ni lui, ni un autre. En vacance les esprits.
— Comment ça ?
— Deux coups ça a tapé, et pas qu’une seule fois. Dans le doute, la mémé d’Henri elle a redemandé qu’il tape un coup s’il était là, et deux s’il était pas là. Et ben il a encore tapé plusieurs fois deux coups brefs, comme pour bien nous faire comprendre qu’il était pas là, même qu’Henri il lui a dit qu’on n’était pas sourd. Bref, on a compris qu’il était pas là, c’est tout. Ni lui, ni personne. Alors c’que j’en dis, moi, des tables tournantes, c’est que c’est des niaiseries pour gogos. Les esprits ils viennent pas.
— C’est qu’il y en a un parmi vous qu’avait un mauvais esprit ou un mauvais fluide, c’est pareil. Les esprits, ils y aiment pas. Il y avait qui ?
— Henri, la mémé, moi et la gamine d’Henri.
— Quel âge, la gamine ?
— J’en sais fichtre rien, entre 13 et 15 ans, par là. T’as bien dû déjà la voir en venant ici.
— Une petite rouquine ?
— Rouquine, rouquine, c’est peu dire…
— Cherche pas plus loin : c’est ça. Avec les ados, c’est pas rare que ça coince. Les filles, je veux dire. À cause qu’elles font du poltergeist. Le Henri, il est comment avec sa fille, hein ?
— Mais oui, bien sûr. Tu en as d’autres des comme celle-là ?
— Les gamines de treize ans, c’est pire, comme celles de quinze. Pour peu qu’elle avait ses règles, je te dis pas. Treize-quinze ans, rouquine, 9e étage. C’est pas bon. Y’a qu’un esprit pervers qui peut se pointer. Avec les autres ça peut pas faire. Question d’harmonie des fluides, des vibrations, même s’il y a des atomes crochus, ça peut pas faire, ça peut que coincer. Et ça aurait même pu être grave.
— Voyez vous ça !
— Le guéridon, il était comment quand vous avez commencé ?
— Comme neuf, ciré et tout, nickel. Tu veux en venir où ?
— Et maintenant il est comment ? Il branlerait pas un petit peu ? Les pieds se seraient pas un chouïa disjoints? Et la marqueterie, elle se serait pas décollée par endroits ? Je serais toi, je vérifierais, ça coûte rien. Puis tiens, la marqueterie, c’est quoi ?
— C’est quoi quoi ?
— Le dessin, ça représente quoi ?
— Qu’est-ce que j’en sais ? Attends que j’m’en souvienne… Une espèce de bonhomme au milieu, bonhomme ou bonne femme torse poil. Avec des ailes, des ailes de chauve-souris. Comme deux angelots de part et d’autre. Non, pas des angelots, plutôt des diablotins, à cause des oreilles et une espèce de queue. À poil, ils sont. Si j’me rappelle bien.
— Cherche pas plus loin. Ça explique tout. L’arcane XV, le Diable. Les esprits ils risquaient pas de venir, sauf peut-être… Je serais toi, je jetterais un œil sur le guéridon. Pis p’têt ben sur la gamine.
— Holà holà, arrête-moi ça ! Mais dis-moi, tout à fait entre nous, tes esprits à toi… tu es sûr que tu les as tous ?  Vraiment sûr ?
— Ben oui, c’te blague, sûr comme 2 et 2 font 22*.
— Si tu le dis… Mais permets-moi de vérifier. « Esprits êtes-vous là ? Esprits êtes-vous là?». T’as pas tes gnagnas, j’espère ? «Esprits, êtes vous là ? »

.

* L’arcane 22, le Mat dans les tarots, aussi nommé le Fol. (NDLR)

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans allégorie, humour, logorrhée, obscurantisme, intolérance, occultisme, projection, société, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s