Du plomb en Syrie, du plomb en série

Les soldats de plomb de Bachar

Scène de chasse en Syrie

— Maman, ma-maaaaannnnn !
— Qu’est-ce qu’il t’arrive encore mon chéri ?
— C’est Bassel, i m’a pris mes soldats de plomb et mes avions.
— Mais non, mon chéri, tu sais bien qu’il est au ciel, avec Allah. Allez, calme-toi. Viens là.
— Non, je veux mes soldats et mes avions. Tac tac tac tac. Pour tuer les méchants, comme papa il a fait. Tiens, prends-ça.
— Tu peux jouer, mais j’aimerais bien que tu n’en mettes pas partout dans la salle de bains.
— C’est pas la salle de bains, c’est la mer Diterrané. Avec mes bateaux pour tirer sur les méchants. Pis d’abord je veux que Bassel il me rend mes avions, sinon j’le tue.
— Ce n’est pas beau de tuer son frère, mon chéri, surtout qu’il est déjà mort, je te l’ai déjà dit. Et ça ne ferait pas du tout plaisir à Allah.

« Allo, allo, c’est votre président de la Syrie qui vous parle. Rendez-vous et il ne vous sera fait aucun mal.
Ordre à la deuxième division blindée de faire mouvement sur Qousaïr. Vroum, vroum, vroum… Plus vite. À l’attaque.
Ordre à l’infanterie de se déployer et de tirer à vue sur les rebelles. En avant, marche ! Une deux, une deux, une deux. À mon commandement, position de tir. Feu à volonté. Tacatacatacatacatac. Tout soldat qui refusera d’exécuter mes ordres sera tué. Pan ! Ça t’apprendra.
Maman ! Mamaaaaannnn ! Où i sont mes autres soldats que papa il avait ? J’ai besoin de toute l’armée à cause qu’il y a des civils qui font du désordre. C’est Bassel, je suis sûr qu’il les a cachés. Ou papa qui en avait besoin, mais le président c’est moi, et c’est moi le commandant en chef et c’est moi que je suis le plus fort. »

— Cesse donc tes enfantillages, viens te mettre à table et arrête de parler de ton père comme s’il était encore vivant. Et lave-toi les mains, qu’elles sont toutes sales.

« Brigade de défense côtière, ordre de mettre le cap sur le port de Lattaquié et de bombarder les quartiers où y a du monde. Je répète, cap sur le port de Lattaquié et bombardement. Attention, rebelles en vue à 3 heures, rebelles en vue à 3 heures. Feu à volonté. Tac tac tac tac tac, Boum ! Renforcez le tir. Tacatacatacatacatac. Et pan, dans le mille. Youpi !
Général, c’est votre commandant en chef qui vous parle. Vous avez ordre de faire intervenir les Mig 29 sur zone alpha. Je répète, zone alpha. Vrraaouuuuum ! Pfshhh, pfshhh… Boum ! Bravo, bravo. Effectuez encore un passage, deux, trois. Boum !
10e brigade d’infanterie, 10e brigade d’infanterie, répondez. 10e brigade d’infanterie, répondez c’est un ordre. Faut que vous tuez les barbus, tous les barbus.
Mamaaaaannnnn ! Où c’est que t’as rangé les barbus ; i m’en manque »

— Mais mon chéri, tu les as mis en mille morceaux hier. Même qu’après tu les a brûlés. Maintenant ça suffit, si tu continues tu n’auras plus rien pour jouer. Comme si ces figurines n’avaient pas coûté assez cher. Et c’est quoi toutes ces taches d’un vilain rouge sur ta belle chemise blanche ? Non mais tu vois dans quel état tu t’es mis ? File te changer et lave-toi les mains sans mettre de l’eau partout.

« Compagnie de tireurs d’élite, à vos postes. À mon commandement, feu à volonté sur tout c’qui bouge. Tac tac tac tac tac tac tac tac tac tac. Tiens, prends ça. Tir nourri sur cible. Tacatacatacatacatac. Les vieux, les enfants, tout le monde.
Plouf, splash, badaboum ! Shsssssssh, Shsssssssh, vraoum, boum ! Président à commandant des vedettes – Ici le commandant, je vous reçois 5 sur 5 – Au rapport – Ici le commandant qui parle au président, essuyons tir des rebelles – Dzoïng – Riposte immédiate – Boum ! – Cible atteinte – Ici le président, félicitations mais j’exige la reddition totale et l’exécution des civils – À vos ordres Monsieur le Président, avec plaisir et pour la Patrie.
Mamaaaaannnn ! J’ai plus de civils, i m’en faut  d’autres. J’veux des civils, j’veux des civils. Avec des barbus aussi, j’en ai plus à tuer. Pis des soldats, y en a qui ont été tués ou blessés. »

— Et tu crois qu’on va trouver ça où ? Entre ton père et toi, vous avez tout cassé, même ceux en plomb que la famille avait fait cadeau dans le temps. Maintenant ça suffit, Bachar, range-moi tout ça, lave-toi, passe à table, fais ta prière et file au lit. Et fais-moi le plaisir de ramasser tes tanks, que ça a encore failli me faire tomber. Non mais, regarde-moi ce fourbi, on dirait qu’il y a eu la guerre. Je comprends que tu aies envie de jouer, mais tu en mets partout, tu casses tout et je vais finir par t’interdire de jouer.

« Ah, les enfants… »

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, international, nouvelles du monde, Syrie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Du plomb en Syrie, du plomb en série

  1. wozali dit :

    ouias, c’est ça la solution : « il faut leur interdire de jouer » à tous ces malades ! supprimons leurs jouets, mettons les au coin, et qu’ils se lavent bien les mains pleines de sang avant de passer à table !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s