J’ai point vu le loup, mais j’l’ai entendu

—–

« Quand j’étais chez mon père
Apprenti pastouriau,
Il m’a mis dans la lande
Pour garder les troupiaux.
[Refrain] :
Troupiaux, troupiaux,
Je n’en avions guère.
Troupiaux, troupiaux,
Je n’en avions biau.
Moi, je n’en avais guère.
Je n’avais qu’trois agneaux
Et le loup de la plaine
M’a mangé le plus biau.
Il était si vorace,
N’a laissé que la piau,
N’a laissé que la queue
Pour mettre a mon chapiau.
Mais des os de la bête
Me fit un chalumeau
Pour jouer à la fête,
À la fête du hamiau.
Pour faire danser l’village,
dessous le grand ormiau
Et les jeunes et les vieilles,
les pieds dans leurs sabiots. »
Chanson populaire

— Tu as vu le loup ?
— Quand ça ?
— Quand t’as creusé ton puits, que tu étais parti en montagne. Creuser un puits pour se ressourcer, faut le voir pour y croire. Ceci dit, j’y étais pas, alors…
— Pourquoi veux-tu que j’aie vu le loup ? Puis du fond du puits, à part un bout de ciel, des branches plus de la terre qui dégringolait, tu imagines quoi ? Une fée, tant que tu y es ? La fée Antipode ?
— Je m’en fous, de ton puits. Je te parle de la montagne, que ça gueule à cause que les bestiaux ils se font bouffer. Alors tu l’as vu oui ou non ?
— Non. Pas vu. Je l’ai entendu, par contre.
— Comment tu peux savoir que c’en était un puisque tu l’as pas vu ?
— Parce que c’étaient des hurlements de loup, et un loup qui gueule, je sais encore ce que ça fait. Wouh Wouuuuuuh, wouh wouuuuuuh. Avec vachement plus de ou et de h. Entre la chouette ou le hibou et le chien.
— C’est pas une preuve. Y’a des chiens qui imitent très bien le ululement du loup.
—  Le hurlement.
— Si tu veux, mais c’est pas une preuve. Et qui les imitent drôlement bien, surtout la nuit. Des gamins aussi, des fois. Mais on n’y croit pas, à cause que les gamins ça ment toujours.
— Pas tous.
—  Non, mais la plupart. Quand ils nous bassinent, que ça fait une heure qu’ils nous cassent les oreilles à faire le loup, on fait semblant d’y croire et d’avoir peur pour eux et on leur dit de se méfier quand même, qu’il y a des loups. Alors on en profite pour leur foutre la trouille, qu’ils arrêtent de nous casser les oreilles.
— En tout cas, je l’ai entendu. Wouh Wouuuuuuh, que ça faisait. Si ça c’est pas un loup. Entre le cri de la chouette, celui du chien et celui qu’on fait quand on se fait un pinçon avec… je sais pas moi, n’importe quoi.
— Une pince, je pense. Mais me dis pas que le loup fait aussi couille-ouille-ouille. Avec ou sans h. Bon, admettons : t’as entendu un loup, mais tu l’as toujours pas vu, et je t’assure qu’imiter le loup, c’est pas compliqué. Pis si ça se trouve c’était qu’une chouette qu’avait de la voix et du souffle. C’est pas si rare… Une chouette en colère ou une chouette qui appelle ses petits, ou ses petits qui appellent leur mère.
— Comment tu sais tout ça ?
— Tout le monde le sait. Pis va savoir si c’était pas tout simplement quelqu’un qui jouait à cache-cache. Ça arrive, des fois. Et qui en profitait pour faire peur en imitant à la perfection le ululement du loup.
— Le hurlement.
— Hurlement, dans le cas où c’était un loup. Mais là, pas de preuve, pas de hurlement. T’as rien vu, point. Et je serais prêt à te parier que c’était rien qu’un bonhomme.
— T’as peut-être raison, après tout. Ouais… ça devait être un bonhomme. Pis ça peut-être que ça, sinon j’en aurais quand même entendu parler, qu’il y a des loups dans le coin. Un bonhomme, c’est sûr.
— Mais attention, hein, pas de conclusion hâtive ! Tu l’as vu ton bonhomme ?
— Ben non. Comment veux-tu voir quoi que ce soit du fond de mon puits ?
— Alors t’as aucune preuve que c’était un bonhomme.

—-

Épilogue

— C’est quoi, ce piaf qui nous casse les oreilles ?
— Un pinson.


Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans écrits libres, délires, humour, littérature, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s