Sushi, centrale nucléaire et poisson d’avril

« Germaine ! » que je gueule, pace que ch’sais point faire autrement, pis qu’elle est sourde comme une potiche.
« J’arrive » qu’elle me dit.

Ça pue le merlan à plein nez, et garanti qu’il doit pas tant avoir l’oeil vif.
8 heures au réveil, que ça marque. Avec cette saloperie d’odeur qui m’a réveillé, j’suis point d’humeur. Quel jour c’est-i qu’on est, que je m’demande. L’éphéméride affiche Jeudi 31 mars. Mon cul ! J’ai les reins tout moulinés de la veille, qu’on a fait la pétanque avec le Nénesse et les autres, comme tous les jeudis que le bon dieu fait quand il en oublie pas, comme des fois en février, mais c’est rare des jeudis 29 février. Nénesse, la pétanque et la buvette, parce que faut pas croire, hein, c’était hier. C’est hier qu’on était jeudi.
……« T’aurais pas pu mettre l’éphéméride à jour, des fois ? » que je gueule en arrachant le jour d’hier, que ça fait sombre tout à coup..
……« J’arrive, j’arrive » qu’elle crie de la cuisine pendant que je me penche à la fenêtre pour voir d’où c’que la puanteur elle pourrait bien venir. Je suis pas plus con qu’un autre, et comme on est le 1e avril ça m’étonnerait pas que des sales gosses aient balancé un poisson pourri par là à travers. À attendre que j’y trouve, que je pousse une gueulante et qu’ils se marrent en piaillant “poisson d’avril” avant de déguerpir jambes à leur cou, que j’ai jamais le temps de leur tirer une cartouche de sel dans les fesses.
Sauf que c’est pas dehors que ça pue.

Cul sur le lit j’enfile mes braies, les remonte, noue la ceinture et me vl’à quasi prêt.
……« C’est quoi c’te puanteur que ça m’a réveillé » que je lui demande.
……« Ben c’est que j’t’ai fait des sushis, qu’elle me dit. Que c’était en promotion à Promodob.»
……— Ah oui ? Et c’est quoi c’te nouveauté ?
……— Ça vient du Japon, à c’qu’on dit, c’est  du poisson et du riz.

Je suis pas bégueule, mais là, ma Germaine, m’est avis qu’elle tient le rhume, parce que question odeur, ça y va, à moins que ça vienne pas du poisson.

……« Mais dis-moi, que je lui demande, c’est pas par là-bas c’t’histoire de centrale nucléaire qu’a pété, que le poisson il s’rait empoisonné ? »
……— Ça craint point, j’y ai mis du nuoc-mam que le gendre il a ramené du Viêt Nam, paraît que ça désinfecte tout. Et pis, tu sais quel jour on est ?
……« C’te blague », que l’lui ai dit. « Vendredi, le jour du poisson. »

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans écrits libres, environnement, humour, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s