Canicule ? Comment lutter contre la chaleur

Dedans ou dehors

Le  premier réflexe pour éviter de soufrir de la chaleur, c’est déviter d’aller à l’extérieur. Et à l’intérieur. La chaleur, sournoise, s’infiltre partout. Vous n’aurez donc, au final, que peu de chance d’y échapper.

À l’eau, qui manque cruellement, préférez le vin dont la production est excédentaire.

Si vous transpirez à grosses goutes et que vous êtes un pipol patenté, faites appel à la société « Sueur des Autres« . Non seulement on vous tamponnera visage et corps pour éviter que votre sueur ne tache vos vêtements, brûle la moquette et vous fasse chuter suite à un dérapage sur une flaque de sueur et de graisse (la sueur tendant à dissoudre les graisses de la peau) mais vous pourrez en tirer de substantiels revenus.

Ne fréquentez que les pisse-froids, les amoureux transis ou les esquimaux. Évitez bien évidemment tout contact avec les cracheurs de feu, ceux qui l’allument, les personnes chaleureuses, les boulangers ainsi que les ouvriers qui travaillent dans une fonderie et qui veulent, sous un prétexte fallacieux, vous faire découvrir leur art.

Ne piquez pas de colère. Pour y parvenir, supprimez d’emblée tout objet susceptible d’en provoquer une : employé de la fonction publique qui jette un oeil à sa montre toutes les trente secondes en poussant des soupirs ; conjoint qui, indiquant l’horloge du menton vous dit incidieusement que vous avez dû avoir une rude journée ; petits enfants hyperactifs jamais à cours d’idée pour vous casser en même temps les oreilles et les pieds : footballeur du Mondial incapable, imbu et français de surcroit ; caissier de casino qui refuse de vous donner la recette que vous lui demandez poliment ; voyou qui vous tire dessus à l’arme lourde et se plaint parce que vous répondez à son tir, ami qui n’attend qu’une chose : pouvoir vous supplanter auprès de ceux qui vous apprécient ou font semblant. Si vous vous retrouvez aux manettes d’un engin de travaux publics genre scrapper, n’hésitez pas à balayer tranquillement feux tricolores, radars et autres accessoires gênants. Etc.

N’en rajoutez pas en ayant le feu au fesses. Pour cela, avalez à chaque repas 2 cuillers à soupe de bromure (de préférence bio).

Au travail, déléguez, déléguez, déléguez. Faites pareil à la maison. Mieux, cessez de travailler, quittez vos proches et partez en vacances dans un pays du nord où l’art roman a trouvé toute son expression dans l’érection de petites églises où règne une divine fraîcheur.

Suivez l’actualité en direct et rendez-vous sur les lieux où un incendie s’est déclaré. Ces jours-ci, Grenoble peut faire l’affaire. Approchez-vous des camions de pompiers. À ceux qui, inévitablement, vont vous demander ce que vous faites là, prenez une mine renfrognée, un air malheureux, stupide et perdu. Murmurez-leur en balbutiant que vous avez tout perdu. Ils vous laisseront tranquille, ce dont vous profiterez pour vous installer au plus près de la bouche d’incendie. Les bouches d’incendie fuient toujours. Dans le cas contraire, pratiquez une légère entaille sur le tuyau avant de vous laisser envahir par la grâce d’une douche que vous trouverez rapidement un peu trop fraîche.

Si vous n’avez rien à faire du réchauffement climatique mais que vous souffrez de la chaleur, n’ayez aucun état d’âme pour faire fonctionner vos installations de climatisation. Certes cela en rajoutera au réchauffement, mais dans la mesure où vos appareils fonctionnent à merveille, en quoi cela vous concerne-t-il ?

Attention : n’utilisez jamais vos cartes de crédit, d’identité, votre chéquier, ou votre portefeuille en guise d’éventail. ou de castagnettes. Sachez d’ailleurs que les castagnettes, même entrechoquées à vivre allure, ne produisent qu’un modeste brassement d’air.

Au cours des conversations oiseuses, n’hésitez pas à sortir l’énormité qui jettera à coup sûr un froid glacial. Plus ce que vous direz sera déplacé, mieux ce sera.
Si vous manquez d’inspiration et que vous êtes en présence de personnes sensibles, racontez-leur des horreurs, de celles qui font froid dans le dos. Vous êtes vraiment trop nul et votre seul neurone est en panne ? Qu’à cela ne tienne : allumez la télé, mettez la radio, lisez le journal. Et si jamais rien n’y fait, parlez-leur de vous.

.

À l’intérieur

Évitez de vous allonger. En cas de décès, un corps allongé est plus difficile à saisir qu’un corps assis, lui-même moins aisé à transporter à dos d’homme qu’un corps debout. Pensez aux pompiers qui reviennent d’éteindre un incendie et qui sont sur les genoux, usant de la sorte leurs si beaux pantalons de pompier.

Fréquentez votre boucher, d’autant si sa charmante épouse continue à tenir la boutique lorsqu’il vous emmènera dans la chambre froide pour vous compter fleurette et davantage, si vous n’êtes pas de marbre.

Inutile, pour vous ventiler, d’ingérer haricots, oignons ou toute denrée pétogène. L’effet de souffle produit est loin d’être exempt de chaleur et les gaz produits étant inflammables, vous seriez obligé de vous interdire de fumer.

Virez tout le contenu de votre congélateur, à l’exception de la Vodka et de l’Aqva-vit, et prenez la place des pièces de viande, poissons, légumes, esquimaux et autres cadavres qui ont cessé de craindre pour leur confort et leur santé depuis longtemps.

À l’extérieur

Ne sortez pas avant 4 ou 5 heures du matin. Dès que le soleil pointe le bout de ses dards, rentournez dans votre caveau, qu’il soit de famille ou non. Une fois allongé dans votre cercueil, n’oubliez pas d’en fermer le couvercle.

Marcher à l’ombres des murs est une chose. Les raser pour en profiter au maximum est stupide. Refusez de les raser, car à trop les raser il n’y en aura bientôt plus : l’ombre aura disparu et on ne pourra plus faire tranquillement de cochonneries chez soi. Sans parler des toits qui, privés de soutien, n’auront d’autre choix que de s’écrouler.

Si vous avez un malaise, faites le mort et laissez-vous conduire sans effort vers la première morgue venue. Lorsqu’on vous installera dans un tiroir, veillez à ce qu’on ne vous enlève pas votre téléphone portable. Auparavant, vous aurez vérifié que votre batterie est chargée, le froid ayant une fâcheuse tendance à décharger les accus.

Faites trempette partout où cela est possible, mais évitez de vous tremper dans des affaires louches, sauf si celles-ci sont en relation avec ce trafic bien connu des produits congelés et recongelés.

Allez dans des cimetières ombragés, allongez-vous sur les dalles de marbre en évitant les plus foncées. L’eau y étant gratuite, prétextez que vous arrosez les plantes pour vous asperger généreusement.

Faites-vous chic, montez dans votre belle voiture et dirigez-vous vers le quartier le plus mal fâmé de votre ville, éventuellement la Villeneuve de Grenoble. Arrêtez-vous dans le coin le plus pourri. Descendez de voiture et attendez. Ça ne devrait pas durer lontemps, mais si « ça » tarde –grand frisson garanti !–, n’hésitez pas à utiliser avertisseur sonore et pleins phares.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans environnement, humour, impiété, société, vivre et mourir, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Canicule ? Comment lutter contre la chaleur

  1. eleate dit :

    Inspiré d’un moyen tout simple pour avoir une bouteille d’eau fraîche.
    Pour se réfrigérer quand on crève de chaud, on peut aussi s’enrouler dans des draps blancs trempés dans l’eau et s’exposer au soleil, en veillant à ce qu’ils soient toujours mouillés. Avec un peu de chance, on mourra d’un coup de froid.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s