Le foot, ça saoule

Le foot, j’avais jamais remarqué, ça me saoule. On a regardé tous les matchs, Jojo et moi. Tous, que je sais même plus combien c’est qu’i y en avait tellement qu’i y en avait. C’était tellement chiant, et pas seulement que des fois, qu’avec Jojo, on a fait notre foot à nous. Les grouillants et leur mère, on les a expédiés vite fait chez qui i voulaient. On a mis la table de ping-pong dans le salon. Un morceau de craie, la cage du hamster d’un côté et celle du piaf de l’autre. On s’en est un peu vu pour les mettre à la bonne dimension, mais ça a fait, mieux que le filet de ping-pong que Jojo, i s’débrouillera avec ma femme pour lui expliquer c’qu’il en a fait.
Pour les joueurs, on a qu’à mettre des pièces, qu’il a dit, mon pote. On en a réuni 12, pas une de plus. Tout juste une équipe. Attends, que je lui ai dit.
J’ai vidé la tirelire des gamins. Que cinq, j’ai dit. 17 pièces en tout, i y’a pas le compte, ça fera pas.
Merde! qu’il a gueulé, Jojo. I y’a pas de merde qui tienne que j’ai dit alors en décapsulant une mousse. Tu veux des joueurs ? Voilà le premier. Amstel qu’i s’appelle. Ça te la coupe, hein? C’est pas la bibine qui manque ici, et les équipes c’est comme si c’était fait.
Pas con, j’avais fait des réserves. Une trentaine de packs. Pas un pareil que l’autre, et vice versa.
Les deux premières équipes, ça s’est pas fait tout seul. Manque d’échauffement. 21 bières, 21 capsules. Avec la première, le compte est bon.
Ben non, faut un arbitre, qu’il a dit, Jojo en en décapsulant une autre. Quel con! Je lui ai pas dit à cause que ça aurait semé la zizanie sur le terrain.
L’arbitre aux chiottes, que je lui ai dit en rajoutant qu’on était quand même assez grands et pas plus bêtes que les arbitres pour faire les arbitres.
Coup de bol, c’était la seule capsule pas comme les autres. Un pack de Kro série limitée pour le mondial, avec un ballon dessiné dessus les capsules.
Le Jojo, peut-être pas bien futé, mais ses pichenettes, du pro de pro hyper bluffant. Sa troisième mousse à peine entamée, il t’a fait un de ces shoots que je l’ai pas vu venir. Le ballon est rentré comme dans du beurre en été. Un tir de Tsing-Tao.
Ça m’a séché. Du coup j’ai attaqué ma cinquième bibine. Sur un coup-franc tiré par Spaten, j’en ai renversé la moitié sur le terrain. Erdinger récupère la balle, veut la refiler à Carlsberg et qui c’est qui l’intercepte,  je vous le donne en mille ? Tsing-Tao. Qui cherche le bon angle, le trouve pas, passe le ballon à Tuborg et… But !
Merde de merde. Ce con de Jojo est quand même balèze et je commence à douter de mon équipe. On a pas pensé aux remplaçants, et je propose un petit arrêt. Jojo fait un peu la gueule, mais après tout, il aurait aussi pu y penser.
1664, Gold et Meteor complètent mon équipe. Je vire Jeanlain.
Je prends Saint Landelin, Gueuze et Goldenberg décide Jojo. Il s’emmerde pas, Jojo. Mais quoi ? Et puis après tout, hein ! Lui, il vire personne, en me disant qu’on ne change pas une équipe qui gagne.
À la télé ça gueule et ça fait un vacarme à la con, même qu’on dirait des troupeaux de bourdons, de guêpes ou je sais pas. Tu parles d’un bousin !
La bière, faut pas que ça ait le temps de réchauffer, sinon ça devient de la pisse, que je dis. Alors on s’en occupe.
La Pils, oui ; la pisse, non ! qu’il dit en se marrant, Jojo.
Sur le terrain, c’est un peu la pagaille. Alors on met de l’ordre. Un coup d’éponge plus un coup d’aspirateur pour le cendrier qu’a débordé, et hop, on remet ça.

Je sais pas combien de temps on a joué, mais on a joué, et pas qu’un peu. On a fait jouer des remplaçants, on en a virés, on en a essayé toute une flopée, même qu’on savait plus où poser les canettes vides et les capsules.
À un moment,  c’est pas deux équipes qu’i y’avait, mais je sais pas combien. Quatre, cinq, six ? Enfin je vais pas tout raconter, comme quoi Jojo il a vomi sur le terrain, qu’on a salopé les vécés, brûlé un petit peu la moquette, cassé une chope et pissé dans une autre à cause que les chiottes ils étaient devenus vraiment trop dégueulasses et glissants.
Combien de buts on a marqués en tout, j’en sais point rien, et combien de bibines on a descendues, comment vous voulez que je m’en rappelle ?
Ce que je retiens, c’est que le foot, ça saoule drôlement et que la télé, c’est pas avec les canettes qu’on a dû lui envoyer dessus qu’elle risque de marcher encore.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans humour, impiété, nouvelles, contes, société, sport, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Le foot, ça saoule

  1. Mauviris dit :

    On a fait la même chose avec mon beau frère. Mais comme je ne bois que de la menthe à l’eau et lui du whisky, on n’avait pas de capsules. Du coup, on a fait ça avec des rondelles de saucisson sur mon lit (un lit de 150 de large). C’est moi qui ai gagné, et haut la main. Comme ballon, l’entame avec la ficelle a fait l’affaire, mais ça ne glissait pas très bien. Au pressing, ils m’ont demandé ce que j’avais fait.

    • L’entame de sauc’, pardonnez-moi de vous dire que c’est nul ! Sur la plupart des saucissons qui méritent ce nom, il y a une espèce de sceau en métal, généralement doré, plié en deux autour de la ficelle ou parfois accroché par des griffes dans le saucisson lui-même. M’enfin, chacun fait ce qu’il peut. Bravo pour cette victoire.
      Le beau-frère, il avait bu combien de whiskies ?

  2. Dithyrambique dit :

    Moi ce qui me saoule, c’est le rugby. Mais soyons sérieux ; vous imaginez faire un match de rugby en fonctionnant à la bière ? Non ? Moi non plus. C’est tout au rouge : Bordeaux, Cahors, Bergerac, un peu de Corbières, du Côtes du Rhône… Bien autre chose qu’une bibine de bas étage.

  3. madame Germaine Héloire dit :

    J’ai toujours pas encoe fini, on edit le docteur des fous ou le docteur des fouts ? Moi je dis que c’est tous comme. Et aux fètes, vous étiez où que je vous ai rien lu depuis tant ?

  4. madame Germaine Héloire dit :

    J’ai pas fini de dire ce que j’ai à dire qu’à chaque fois c’est la même chose. On m’a dit que 33 c’était un chifre magique du fout-ball, comme quoi que s’était trois fois onze ou quelque chose comme sa, et que si qu’on y multipliait par 2, sa faisait 66 qu’on dit que sait le diable qui sait tout, quand dite vous ?

  5. madame Germaine Héloire dit :

    Pourquoi que les docteurs ils me demandent de dire 33 ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s