Lettres du Kissgrizpatankça et du Yakmoakiconte

Mes pérégrinations

Vous le saviez, sinon tant pis, mais il était un temps où j’étais en manque de lettres. Les personnes qui ont l’insigne désavantage de me connaître savent pertinemment (du moins pour celles que la sénilité n’a pas encore touché, mais ça viendra) que le seul bac que j’ai jamais passé est celui qui permettait d’aller de la rive gauche de Palavas-les-Flots (Hérault) à la rive opposée, donc la droite, du toujours même Palavas-les-Flots (34), traversée d’une trentaine de coudées à tout casser, donc plus risquée qu’il n’y paraissait.
Parenthèse, que j’ouvre ici même (chacun aura relevé deux tournures pour le moins étranges. Fermons la parenthèse). Quant à celle-ci, de tournure, on a mieux à faire que de gloser dessus.

 

Devenu grand j’ai, petit à petit, réussi à combler mon déficit de lettres.
Aujourd’hui je les possède toutes, et dans d’excellentes proportions. Sur les six dernières qui me manquaient à l’appel, j’en ai trouvé quatre lors de ce long périple qui m’a conduit au
Kissgrizpatankça, pays qui, s’il continue sa percée tentaculaire, jouxtera bientôt la Chine et entretient avec elle d’excellents rapports culturels, commerciaux et humains. Les étals des marchés locaux y regorgent de toutes sortes de lettres, dont les W, X, Y, Z dont j’avais bien été obligé de me passer jusqu’alors, plus d’autres que j’avais déjà en ma possession et encore d’autres dont je n’aurais su quoi faire vu leur allure. Et je ne parle pas de leur prix.

L’H et l’M, les deux dernières absentes, c’est à la fin de mon séjour au Yakmoakiconte que je les ai dénichées. La courte guerre civile sans aucune courtoisie qui avait suivi la chute du dictateur avait été la cause d’une erreur de tir sur mon hôtel, et des projectiles avaient brisé le cadre en acajou du miroir de ma chambre. Que j’avais décidé de remplacer, poussé par ma générosité proverbiale: que voulez-vous, on ne se refait pas. Direction la province du Mahagoni, région productrice de caoutchouc, de cachous, d’acajou et de noix de cajou, fruit de l’anacardier que des explorateurs du Sudeste brésilien avaient introduit par erreur au Yakmoakiconte après s’être faits arnaquer par un transitaire bidon. Le président Avi et ses sbires s’étant généreusement servis, les somptueuses forêts d’acajou et d’hévéa dont je n’aurais jamais entendu parler sans mon professeur de géographie de cinquième (un ex hippie qui avait fait la route, la mer et l’air) n’étaient plus qu’un souvenir lointain qu’une forte hygrométrie rendait brumeux. La région était dévastée, des bandes de pillards éparpillées pillaient tout ce qui était pillable, donc tout, y compris les canes en acajou qu’ils revendaient à leurs propriétaires, la plupart unijambistes car anciens bûcherons.
«Au Mahagoni, lorsqu’un voyageur séduit une fille puis lui fait l’amour en la satisfaisant pleinement, elle lui offre le plus gros et le plus beau miroir qu’elle possède. Un miroir au cadre d’acajou. C’est la tradition, attachée à la croyance que son image sera pour toujours gravée dans le cœur de son amant». Brave prof et brave mémoire.
Chargé d’une quantité impressionnante de miroirs, comme vous pouvez vous en douter, j’avais repris la route. Le plus vilain remplacerait avantageusement celui de l’hôtel.

C’est au sortir de ce territoire exsangue que j’avais trouvé l’H et l’M, mes dernières lettres manquantes. Sur le panneau “MAHAGONI” que ma ponction avait changé en “AAGONI”, tout de même plus approprié.

Voilà, voilà, voilà. Finies les lettres perdues!
Mais en ce qui concerne les cartes postales que j’ai postées, je n’ai aucune certitude quant à la date à laquelle elles seront délivrées à leurs destinataires. En supposant qu’elles parviennent à quitter ces deux charmants pays que sont le Kissgrizpatankça et le Yakmoakiconte.

Carte, itinéraires et images de mes pérégrinations

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans fantaisie, fantastique, politique, économie, voyages, carnets de voyages, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Lettres du Kissgrizpatankça et du Yakmoakiconte

  1. Wealmessy dit :

    Just want to say what a great blog you got here!
    I’ve been around for quite a lot of time, but finally decided to show my appreciation of your work!

    Thumbs up, and keep it going!

    Cheers
    Christian, iwspo.net

  2. Phare & Night dit :

    Il paraîtrait que le président AVI n’est pas mort. C’est un comédien, au demeurant fort mal payé qui a payé pour lui. AVI serait donc toujours en vie, contrairement à d’autres comédiens qui paient toujours de leur vie un talent d’imitation qu’ils on mis au service de leur art et de leur pays. C’est beau !

  3. madame Germaine Héloire dit :

    Bonjour monsieur
    Ma petite fille qui es en sizième m’a dit quelle avait des lettres qu’elle sait pas quoi en fer. Alors avec toute celles que j’ai moi c’est pas ce qui nous manquent et si vous passez par chez nous je pourrai vous en donné de celle que vous avait pas.

    • Ce serait avec plaisir, mais vous pourriez me les envoyer dans une lettre. Comme votre mari était facteur, si je me rappelle, il avait sans doute récupéré des timbres non oblitérés. Ce sera toujours ça d’économisé.

      • madame Germaine Héloire dit :

        Je n’est pas de balance pour peser les lettres aussi j’ai mis tout plein de timbres en double qu’étaient sous le lit, que je sais pas pourquoi. J’espère que les facteurs ils y distriburons parceque il y en a qui sont quand mème vieux, qui sont écrits 1824, 1832 et d’autres dates. Du coup comme il y en a plein, je voyais plus la dresse et j’y ai mis derrière. Si quand vous l’avais pas reçu dites y moi j’en enverais d’autre.
        Signé madame Germaine Héloire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s